Concert sur instruments du Musée

Oiseaux baroques

Hugo Reyne - Vivaldi, Couperin, van Eyck

Serinette Honoré Davrainville Serinette Honoré Davrainville © Jean-Marc Anglès
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

Dimanche 18 mars 2018 — 16h30
Amphithéâtre - Cité de la musique

Programme

  • Wolfgang Amadeus Mozart
    Air de Papageno Extrait de « La flûte enchantée »
  • Jean-Joseph Mouret
    Ariette d’une vendeuse d’oiseaux Extrait de "Le Faux Scamandre"
    Air pour les oiseleurs Extrait de "Le Faux Scamandre"
    Vaudeville - "Quand on se met en ménage" Extrait de "Le Faux Scamandre"
  • Mr. Hill
    Prélude & Air pour le canari Extrait de "Le Délice de l'oiseleur"
  • Georg Philipp Telemann
    Mon canari bonne nuit Extrait de "Cantate pour la mort d'un canari"
  • Mr. Hill
    Airs pour la Linotte, pour le Bouvreuil, pour l’Alouette des bois Extraits de "Le Délice de l'oiseleur"
  • Christoph Graupner
    Oiseau en cage Extrait de "Suite en sol majeur"
  • François Couperin
    Le Rossignol en amour
  • Edward Finch
    The cuckoo sonata (extraits)
  • Georg Friedrich Haendel
    Concerto "The cucu & the nightingale"
  • Leopold Mozart
    Symphonie des jouets (extraits)
  • François Couperin
    Les Fauvettes plaintives
  • Jean-Claude Hervieux de Chanteloup
    Prélude et Marche de Zurlauben
  • Jacques Hotteterre
    Rondeau tendre Les Tourterelles
    Air de "Malbrouck s'en va-t-en guerre"
  • Antonio Vivaldi
    Concerto pour flûte "Le Chardonneret"
  • Wolfgang Amadeus Mozart
    Oiseaux si tous les ans
  • Jean-Philippe Rameau
    Le Rappel des oiseaux, extrait du Deuxième recueil de pièces de clavecin

Distribution

  • Hugo Reyne, flûte à bec, flageolet d'oiseau, serinette
  • Saskia Salembier, violon, chant
  • Théotime Langlois de Swarte, violon
  • Jérôme Vidaller, violoncelle
  • Yannick Varlet, clavecin
Avec la complicité d'amis musiciens et sur les instruments du Musée de la musique, le flûtiste et chef Hugo Reyne propose un vaste parcours ornithologique, témoignant de l'intérêt des musiciens baroques pour le chant des oiseaux.

De tous temps, les compositeurs ont été inspirés par le chant des oiseaux. À l'époque baroque, on a même tenté de leur transmettre des mélodies à l'aide de petites flûtes appelées flageolets d'oiseaux. Le volatile préféré des musiciens reste le rossignol, annonciateur du printemps. Côté instruments, la flûte est devenue le peintre de prédilection du chant des oiseaux. Écouter le rossignol du carillonneur aveugle d'Utrecht Jacob van Eyck, puis le chardonneret de Vivaldi, ou encore la fauvette (cette fois pour clavecin) de Couperin, chargée de figuralismes de plus en plus complexes, c'est également suivre l'évolution d'une musique en pleine métamorphose et d'un instrument, la flûte, qui connaît des mutations de facture décisives en passant de la flûte à bec au traverso avant l’introduction de la flûte traversière.