Concert symphonique

Passions Russes

Orchestre national d’Île-de-France - Tito Munoz - Alena Baeva

Tito MuñozTito Muñoz © Dario Acosta
Alena BaevaAlena Baeva © Alena Baeva
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Samedi 16 janvier 2021 — 19h00
Annulé
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Durée : environ 1h22

Programme

  • Piotr Ilitch Tchaïkovski
    Concerto pour violon
    Symphonie n°6
    "pathétique"

Distribution

  • Orchestre national d'Île-de-France
  • Tito Muñoz, direction
  • Alena Baeva, violon

INFORMATIONS COVID-19 : ANNULATIONS, MODIFICATIONS, REPORTS 

"Les contraintes sanitaires liées au Covid-19 ont eu un impact sur la programmation du concert « Ivan le Terrible - PROKOVIEV » prévu le samedi 16 janvier à 19h à la Philharmonie de Paris. Etant donné les nouvelles normes de distanciation exigées sur le plateau, le programme « Ivan le Terrible – PROKOVIEV » a dû être remplacé. Un nouveau programme « Passions russes – TCHAÏKOVSKI » dirigé par Tito Muñoz vous ait proposé. Vos places déjà édités « Ivan le Terrible » seront valables lors de votre venue et présentation du billet à l’accueil pour le nouveau programme du concert « Passions russes ». "



Généreuse et passionnée, la musique de Tchaïkovski explore le tréfonds de l’âme russe. Tour à tour éclatante et déchirée, elle est le reflet de son hypersensibilité, comme le montrent le radieux Concerto pour violon et la poignante Symphonie « Pathétique ».

Le Concerto pour violon et la Symphonie n° 6 « Pathétique » illustrent les différentes facettes de l’art tchaïkovskien. Le premier est né en 1878 au bord du lac Léman où Tchaïkovski se remit de la dépression dans laquelle l’avait plongé son mariage désastreux avec Antonina Milioukova. La composition du Concerto accompagna ainsi sa voie vers la guérison. Plus qu’une marche proprement dite, son Finale prend la forme d’une intense jubilation. La Symphonie n° 6 est la dernière œuvre achevée : elle fut créée neuf jours avant la mort du compositeur. Celui-ci avait écrit à son neveu qu’il souhaitait en faire « une symphonie à programme ». Sans en révéler le contenu, il déclarait que ce programme était rempli « d'émotions subjectives ».

Production Orchestre national d'Île-de-France