Concert

Passages

Ensemble intercontemporain - Matthias Pintscher - Grisey

Gérard GriseyGérard Grisey © Guy Vivien
Matthias PintscherMatthias Pintscher © Franck Ferville
Gérard Grisey Vortex TemporumGérard Grisey Vortex Temporum © DR
Gérard Grisey - StèleGérard Grisey - Stèle © EIC
Gérard Grisey - Quatre chants pour franchir le seuilGérard Grisey - Quatre chants pour franchir le seuil © EIC
Dimitri VassilakisDimitri Vassilakis © DR
Sofia BurgosSofia Burgos © DR
Ensemble intercontemporainEnsemble intercontemporain © Ensemble intercontemporain
PassagesPassages © Kyle Thompson Agence VU
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Vendredi 16 octobre 2020 — 20h30
Salle des concerts - Cité de la musique
Durée : environ 1h42

Programme

  • Gérard Grisey
    Stèle, pour deux percussionnistes
    Vortex Temporum pour piano et cinq instruments
    Quatre Chants pour franchir le Seuil, pour voix de soprano et quinze musiciens

Distribution

  • Ensemble intercontemporain
  • Matthias Pintscher, direction
  • Dimitri Vassilakis, piano
  • Sophia Burgos, soprano
COVID-19 : CONSULTER NOS CONDITIONS D’ACCUEIL (PLACEMENT EN SALLE, RESTAURATION, VESTIAIRES…)

La continuité des processus comme du temps musical est au cœur des préoccupations de Gérard Grisey : les questions de seuil, de passage du temps, d’abolition du « matériau au profit de la durée pure » dominent ce programme monographique.

Dans son œuvre fondatrice Vortex Temporum, temps des hommes, temps des baleines et temps des oiseaux et des insectes s’entremêlent dans un véritable « tourbillon temporel » et timbral. Dans Stèle, c’est à un voyage dans le temps que Grisey nous convie : pour faire « émerger le mythe de la durée », il convoque l’image « d’archéologues découvrant une stèle et la dépoussiérant jusqu’à y mettre à jour une inscription funéraire ». Quatre chants pour franchir le seuil, enfin, est la dernière œuvre achevée du compositeur, avant qu’une rupture d’anévrisme l’emporte prématurément en 1998. S’inspirant du Livre des morts égyptien, il y compose involontairement son propre requiem, le seuil dont il est question étant celui qui sépare la vie du trépas...