Musique de chambre

Quartiers Latins

Solistes de l'Ensemble intercontemporain

Amphithéâtre Cité de la musiqueAmphithéâtre Cité de la musique © William Beaucardet
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Lundi 30 janvier 2017 — 20h30
Amphithéâtre - Cité de la musique

Programme

  • Maurice Ravel
    Sonate pour violon et violoncelle
  • Luciano Berio
    Sequenza I pour flûte
  • Philippe Schoeller
    Madrigal pour quatuor avec piano
    Entracte
  • Claude Debussy
    Première Rhapsodie pour clarinette et piano
  • Bruno Maderna
    Viola pour alto
  • Olivier Messiaen
    Le Merle noir pour flûte et piano
  • Matteo Franceschini
    Oeuvre nouvelle pour six musiciens (création mondiale, commande de l'Ensemble intercontemporain et du Wigmore Hall, avec le soutien d'André Hoffmann - Une fondation suisse de mécénat)

Distribution

  • Solistes de l'Ensemble intercontemporain
Les Solistes de l'Ensemble Intercontemporain proposent des fragments d’une histoire de la musique de chambre aux
XXe et XXIe siècles, à travers cinq générations de compositeurs : Debussy et Ravel en 1910 et 1920, Messiaen avec son
Merle noir de 1952, Maderna et Berio dans les années 1960, Philippe Schoeller avec son Madrigal de 1994 et, enfin, une
création du jeune compositeur italien Matteo Franceschini.

Les relations musicales entre l’Italie et la France n’ont pas toujours été au beau fixe. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, c’était la guerre ouverte. Au XIXe siècle, le romantisme a créé un vaste tropisme français vers la péninsule italienne. Après un petit passage à vide au tournant du XXe siècle — Debussy s’ennuyant à la Villa Medicis, Ravel ne parvenant même pas à y entrer —, on assiste à une véritable idylle depuis l’après-guerre. Une idylle que ce concert chambriste illustre de superbe manière. Outre le dialogue transalpin, ce programme trouve sa cohérence dans les canons du répertoire que les compositeurs revisitent tour à tour : le genre rhapsodique pour Debussy, la forme sonate pour Ravel, le madrigal pour Philippe Schoeller, des siècles de technique de flûte pour Luciano Berio, l’imaginaire de l’alto pour Bruno Maderna — sans parler du chant des oiseaux pour Olivier Messiaen.
Coproduction Ensemble intercontemporain, Philharmonie de Paris

Écouter et regarder

Ensemble Intercontemporain David Robertson, direction Feuillages
Sophie Cherrier, flûte
Sophie Cherrier, flûte Dimitri Vassilakis, piano
Christophe Desjardins, alto