Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Entretiens

Le combat homérique de Lucas Debargue

Publié le 9 Novembre 2017

Les interprétations du pianiste français Lucas Debargue, lauréat du prestigieux Concours Tchaïkovski, unissent force mentale, spontanéité et panache. À son répertoire figure notamment l’herculéenne Deuxième Sonate de Szymanowski.

par Bertrand Boissard

Entretien avec Lucas Debargue. I. Les concours

Reportage réalisé dans l'atelier de restauration Nebout & Hamm (Paris)

 

On se souvient parfaitement de la première fois. C’était en juin 2015, lors des premières épreuves du Concours Tchaïkovski. Il a suffi de quelques mesures d’un prélude et fugue du Clavier bien tempéré de Bach pour comprendre qu’une personnalité était à l’œuvre. Rien ne préparait cependant à ce qu’il mette le feu, quelques jours plus tard, à la vénérable grande salle du Conservatoire de Moscou, par ses interprétations de la Première Sonate de Medtner et de Gaspard de la nuit de Ravel. Lauréat en toute logique de la célèbre compétition, il passa instantanément du statut de musicien inconnu à celui de vedette convoitée.

Depuis, Lucas Debargue s’est produit plus d’une centaine de fois dans le monde entier, jouant avec les plus grands. Une tournée en Asie avec Gidon Kremer, le Quatuor pour la fin du temps de Messiaen au festival de Verbier, accompagné de Jeanine Jansen, Martin Fröst et Torleif Thedéen, un quatre-mains impromptu en Allemagne avec Martha Argerich figurent au nombre des moments forts de ces deux dernières années. Récemment, il a joué avec deux des musiciens les plus en vue de la planète : Mikhaïl Pletnev – dans le Concerto en sol de Ravel et Prométhée de Scriabine – et Valery Gergiev. Ce dernier, figure tutélaire du concours Tchaïkovski, s’est vite intéressé au jeune Français, lui réservant une place de choix – jusqu’à faire fi de tout protocole – lors des points presse et des concerts de gala qui ont clos la compétition. En octobre dernier, ils ont couplé au Concerto de Ravel le diabolique Deuxième Concerto de Prokofiev. Lucas Debargue est ressorti ruisselant de ce combat homérique, n’hésitant pas à prendre des risques insensés : il n’est pas du genre à s’économiser en concert.

Entretien avec Lucas Debargue. III. Le travail de l'interprète

 

On a trop dit de lui qu’il était autodidacte. Bien sûr, il s’est construit en grande partie lui-même, se créant son propre monde intérieur, enrichissant sa vision de la musique de ses nombreuses lectures. De là, sans doute, son regard neuf, souvent d’une belle fraîcheur, sur les partitions. Cependant, chacun des pédagogues qui ont croisé Lucas Debargue lui ont été bénéfiques, et même nécessaires : Christine Muenier, la première, en laissant la bride sur le cou à ce poulain entêté ; Philippe Tamborini, en l’aiguillant avec sagesse au bon moment ; Jean-François Heisser, en tentant de circonscrire cette nature foncièrement rebelle dans un cadre plus académique.

Lucas Debargue n’a pas cessé de fréquenter (quand son calendrier devenu surchargé le lui permet) Rena Shereshevskaya, celle qui l’a préparé au concours Tchaïkovski et qui, plus largement, l’a révélé à lui-même. Sans elle, il ne serait pas là aujourd’hui. Elle a extirpé de sa gangue une pierre précieuse aux proportions singulières et à la brillance sauvage. Déjà se profilent à l’horizon l’étude de nouvelles œuvres : le Premier Concerto de Chopin, la Sonate n° 32 de Beethoven… Il sait que le chemin est encore long. Un artiste de ce niveau n’est-il pas en perpétuel apprentissage ?

Entretien avec Lucas Debargue. II. La Sonate n° 2 de Szymanowski

 

Lucas Debargue possède des dons peu ordinaires. À vingt ans, sorte de Kaspar Hauser du piano, il traînait encore sa propre technique pianistique, inorthodoxe au possible. En à peine sept ans, le chemin parcouru a de quoi impressionner. Il a pu compter sur de bonnes dispositions physiques, ses doigts, notamment, fins et très longs. Au dessus des touches, le ballet arachnéen ne manque pas de fasciner. Il possède aussi la faculté d’assimiler très vite les œuvres les plus complexes. C’était déjà le cas de la Première Sonate de Medtner et c’est celui, élevé à la puissance 10, de la Deuxième de Szymanowski, dont la difficulté herculéenne a fait reculer plus d’un grand virtuose. À vrai dire, Lucas Debargue est probablement le premier pianiste célèbre – avec Marc-André Hamelin – à l’intégrer durablement à son répertoire depuis Arthur Rubinstein (créateur de l’ouvrage) et Sviatoslav Richter, qui l’a jouée une cinquantaine de fois au cours de sa carrière. Quant à Schubert, il y a peu encore il n’aurait pas imaginé se confronter à un compositeur qui l’a longtemps intimidé.

L’essentiel de son travail, Lucas Debargue l’accomplit loin de l’instrument. C’est intérieurement qu’il apprend une œuvre, l’approfondit et la fait sienne. Ce mélange de force mentale, de spontanéité, de clarté cinglante et de panache fait tout le prix de ses interprétations. On ne sait jamais à quoi s’en tenir en venant l’écouter. Dans ses moments glorieux, la musique prend possession de toutes ses fibres, et alors, il joue comme s’il en allait du devenir du monde.

Lucas Debargue
Récital piano

Lucas Debargue

Schubert, Szymanowski
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Lundi 27 novembre 2017 - 20:30