Notes de passage

A+AA-Print

Musique illustrée / Histoire d’instrument

Le nyckelharpa : Un parfum de Suède au Musée de la musique

Au Musée de la musique est conservé un étrange instrument, emblématique des musiques traditionnelles suédoises : un nyckelharpa. Voyage musical en terres nordiques.

Publié le 24 Mars 2020

Nyckelharpa - Musée de la musique

Le nyckelharpa est un instrument à archet sur lequel la main gauche détermine la hauteur des notes grâce à un clavier muni de touches. C’est d’ailleurs de là que provient son nom : en suédois nyckel signifie « clé » ou « touche ». Il a également la particularité de disposer de cordes sympathiques : des cordes que le musicien ne touche jamais mais qui vibrent pourtant « par sympathie », c’est-à-dire indirectement*.

Le nyckelharpa est intimement lié à une pratique musicale de transmission orale et aux répertoires musicaux de Suède dits « traditionnels ». Dans ce pays, il est d’ailleurs considéré comme un emblème national et a figuré durant de nombreuses années sur les billets de banque. Alors que les premières traces du nyckelharpa remontent au 14e siècle, il est encore aujourd’hui très populaire en Suède et même à travers le monde. Au cours du temps, l’instrument a évolué de multiples manières, constituant aujourd’hui une famille riche et diversifiée.



  • Nyckelharpa © L.Condi / Cité de la musique - Philharmonie de Paris
  • Nyckelharpa © L.Condi / Cité de la musique - Philharmonie de Paris
  • Nyckelharpa © L.Condi / Cité de la musique - Philharmonie de Paris
  • Nyckelharpa © L.Condi / Cité de la musique - Philharmonie de Paris
  • Nyckelharpa © L.Condi / Cité de la Musique - Philharmonie de Paris
1/5
  • Nyckelharpa
  • Nyckelharpa
  • Nyckelharpa
  • Nyckelharpa
  • Nyckelharpa

Le Musée instrumental du Conservatoire a acquis ce nyckelharpa en 1900. Il avait auparavant appartenu à une branche parisienne de la famille Thibout, spécialisée dans la facture de piano, qui l’avait présenté aux Expositions universelles de 1889 et 1900 à Paris. Ce n’est pourtant que récemment qu’il a fait l’objet d’une étude approfondie dans le cadre du master de recherche de Louise Condi associant l’UFR de Musique et Musicologie de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université et le Musée de la musique. Cette étude a révélé qu’il s’agissait en réalité d’un kontrabasharpa, une forme de nyckelharpa apparue au 18e siècle, dont certaines des touches permettent de modifier la longueur vibrante de deux cordes simultanément, favorisant un jeu polyphonique.

Des exemples récents de jeu de kontrabasharpas :

Sommarlåt

Polska Snickar-Erik. Magnus Holmström Nyckelharpa

 

 

Louise Condi et Jean-Philippe Échard

 

* Une thèse de doctorat du Collegium Musicæ (Sorbonne Université) est actuellement en cours sur les instruments à cordes sympathiques avec le Musée de la musique.

Lectures

Le violon Sarasate : Stradivarius des virtuoses

J.-P. ÉCHARD, Le violon Sarasate

Le violon Sarasate, signé d’Antonio Stradivari, est passé entre les mains des plus grands luthiers et des plus grands virtuoses. Dans ce nouvel opus de la...

Histoire d’instrument

Petite histoire du clavecin Goujon

Clavecin Goujon-Swanen

Marie van Rhijn, claveciniste des Arts Florissants, raconte l’histoire du clavecin Goujon, de sa construction en 1749 à sa restauration en 1784.

Histoire d’instrument

Quelle restauration pour le “DAVIDOFF” ? (2/3)

Stradivarius Davidoff

Comment associer les critères de conservation d’un musée et la remise en état de jeu d’un violon de plus de trois siècles ? Lever de voile sur le processus de...