Ollivier PourriolOllivier Pourriol © H. M. Pambrun
Ciné-conférence

Révélations

Samedi 9 décembre 2017
14:30
Lieu
Salle de conférence - Philharmonie
Salle de conférence
Comment venir ?Informations accessibilité

Intervenants

  • Ollivier Pourriol, conférencier
La musique nous apprend toujours quelque chose, mais dans cette langue secrète connue d'elle seule. Elle ne fait pas que manifester le caché, elle l'invente. Elle nous révèle à nous-mêmes des sentiments que nous ne soupçonnions pas, et qui existent tant qu’elle résonne.
Le cinéma, lui, par sa nature photographique, nous révèle ce que Walter Benjamin appelle « l'inconscient visuel » (L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique), non pas caché dans les choses mais inventé par la caméra : le gros plan et le ralenti, par exemple, n'existent pas dans la nature et viennent enrichir notre perception. En nous plongeant dans l'obscurité de manière onirique, au moment de la projection, le cinéma ajoute à cette expérience des sens une dimension psychique, voire spirituelle. Ce qui n'était au départ qu'une distraction de foire s’est très vite révélé comme un potentiel outil de propagande pour les masses d'un côté, et de prise de conscience individuelle de l'autre.
La musique au cinéma joue un rôle capital dans cette équation délicate. On verra comment, à travers des films comme Révélations (Michael Mann, 1999), Gladiator (Ridley Scott, 2000) ou Les Chariots de feu (Hugh Hudson, 1981), au-delà d’accompagner la lecture du récit et sa compréhension en soulignant les prises de conscience des personnages, la musique creuse l'image jusqu’à révéler l’invisible.