Ollivier PourriolOllivier Pourriol © H. M. Pambrun
Ciné-conférence

L'art de la transition

Samedi 16 juin 2018
14:30
Lieu
Salle de conférence - Philharmonie
Salle de conférence
Comment venir ?Informations accessibilité

Intervenants

  • Ollivier Pourriol, conférencier
La bande dessinée est un art de la représentation extrêmement singulier : son pouvoir expressif se situe davantage entre les cases qu’au sein des cases. Ce qui est dessiné compterait moins que la relation qui s’établit entre les différents dessins. Ne serait-ce pas comme en musique, où la relation entre les notes compte autant, voire plus, que les notes elles-mêmes ? Là où certains parlent de neuvième art, le dessinateur Scott Mc Cloud, qui a théorisé la bande dessinée, préfère l'expression d' « art invisible ». Ce n'est pas le moindre paradoxe d'un art ayant pour but d'exprimer le mouvement que de n'utiliser que des images fixes. Et cet art constitué d'images et de mots doit encore compter sur l'imagination pour remplir le vide qui à la fois sépare et lie les signes qui font son langage ! Le cinéma partage ce complexe avec la bande dessinée : une image faite pour être en relation avec d'autres images, qui ne vaut rien pour elle-même, au contraire de la photographie. Adaptation, storyboard, bande, partition... Voilà d’autres relations de proximité qu’entretiennent la BD, la musique et le cinéma, frottements qui parfois prêtent à confusion mais toujours de manière fertile, ce que des films comme Incassable (M. Night Shyamalan, 2000), Spiderman (Sam Raimi, 2002), la série des X-Men ou des Indiana Jones illustreront pour nous.