Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche
Message d’information

Pass sanitaire

En savoir plus

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

Week-end Orgue
du 24 au 26 novembre 2017
Toute la programmation

Un salon allemand à Paris

Aurélien Delage - Telemann, Haendel, Beck, Schobert, Mozart…
Amphithéâtre - Cité de la musique
Durée : environ 1h40 dont 1 entracte

Programme

Georg Friedrich Haendel
Fugue n° 1 pour l'orgue ou le clavecin
(Paris, 1738)
Georg Philipp Telemann
Concerto
(transc. J. S. Bach)
François Couperin
Prélude
Franz Beck
Allegro, Moderato - La Jéliote
Johann Schobert
Sonate n° 1, op. 14: Polonaise, Allegro
Wolfgang Amadeus Mozart
Ouverture KV 399
Variations sur « Ah! vous dirai-je maman»
Entracte
Johann Christian Bach
Ouverture d'Amadis des Gaules
(transcription Hüllmandel)
Carl Philipp Emanuel Bach
Allegro di molto
(méthode Bach/Ricci, 1786 à Paris)
Franz Beck
Allegro spirituoso, Allegro con Spirito, Tempo moderato, Minuetto, Vivace

Distribution

Aurélien Delage, orgue Dupont, piano carré organisé Erard 1791, clavecin Goujon-Swanen 1749-1784
Sur les instruments du Musée, Aurélien Delage rend hommage à l'âge d'or de la facture qui s'est épanouie en France à la fin du XVIIIe siècle.

Durant les règnes de Louis XV et Louis XVI, nombre de compositeurs d'origine germanique vinrent à Paris. L'un des premiers fut Telemann qui joua dans la salle du Concert Spirituel en 1737, suivi de jeunes musiciens de l'Ecole de Mannheim, comme le futur directeur du Grand Théâtre de Bordeaux, Franz Beck. Ces derniers, accompagnés de facteurs originaires de Saxe ou d'Alsace, participèrent à la diffusion en France d'un nouvel instrument : le piano forte, parfois organisé. Schobert édita parmi les toutes premières œuvres pour le nouvel instrument à Paris. Chez le prince de Conti, il pouvait jouer un instrument à marteaux de Silbermann que le jeune Mozart toucha peut-être durant son séjour dans la capitale en 1763 et 1764. Les nuances au clavier n'étaient cependant pas réservées au seul piano forte. Les facteurs de clavecin rivalisèrent d'inventivité pour suivre les envies nouvelles d'expressivité du public parisien. Dans les collections du Musée, le clavecin Goujon, ravalé par Swanen en 1784, avec ses genouillères et certains becs en peau de buffle, en est un bel exemple.

Comment venir

Porte de Pantin
M5 Métro ligne 5 3B Tramway 3B
Adresse
221 avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris