Concert symphonique

Wiener Symphoniker

Lahav Shani - Hilary Hahn

Hilary HahnHilary Hahn © M. P. O'Leary
Lahav ShaniLahav Shani © M. Borggreve
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Lundi 18 janvier 2016 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Antonín Dvorák
    Carnaval
    Concerto pour violon
    Entracte
  • Johannes Brahms
    Symphonie n° 4, op. 98, en mi mineur

Distribution

  • Wiener Symphoniker
  • Lahav Shani, direction
  • Hilary Hahn, violon

Philippe Jordan, directeur musical, est au regret de devoir annuler son concert prévu avec les Wiener Symphoniker en janvier pour des raisons de santé. Il sera remplacé par Lahav Shani.

_________________________________________________________________________________________________

Afin de préparer votre venue et de faciliter les contrôles liés au plan Vigipirate renforcé à la Philharmonie de Paris, nous vous remercions de vous présenter aux entrées en avance.



La violoniste américaine Hilary Hahn revisite le Concerto pour violon de Dvorák, dont la version originale, écrite en 1879, était dédiée à Joseph Joachim. Les symphonistes viennois complètent le programme.

Après son concert du mois de septembre aux côtés de l’Orchestre de l’Opéra de Paris, on retrouve Philippe Jordan avec “son” autre formation, les Wiener Symphoniker, dont il a pris la direction musicale en septembre 2014. Après un concert salle Pleyel à l’automne de cette même année consacré à Schubert, Chostakovitch et Beethoven, le jeune chef suisse entraîne cette fois la phalange plus que centenaire dans un double programme Schumann-Dvorák. Considérée comme la plus grande violoniste américaine actuelle, Hilary Hahn interprétera avec eux le Concerto pour violon du compositeur tchèque, écrit pour Joseph Joachim – qui en demanda des révisions et ne le joua finalement jamais. Le violoniste virtuose portait en revanche dans son cœur la Symphonie n° 2 de Schumann, qui dessine une trajectoire de l’ombre à la lumière : c’était même la symphonie qu’il préférait chez le compositeur.