Concert symphonique

Sporting club

Orchestre national d'Île-de-France - Julien Masmondet - Debussy, Honegger, Xenakis, Akiho

Julien MasmondetJulien Masmondet © Neda Navaee
Julien MasmondetJulien Masmondet © Neda Navaee
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Tarifs et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Mardi 10 avril 2018 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Tetsuya Yamamoto
    In the circle Oeuvre lauréate du concours Île de créations 2018
  • Claude Debussy
    Jeux
  • Arthur Honegger
    Rugby
  • Iannis Xenakis
    Rebonds B
  • Andy Akiho
    Ricochet, concerto pour ping-pong, violon et percussions

Distribution

  • Orchestre national d'Île-de-France
  • Julien Masmondet, direction
  • Ann-Estelle Médouze, violon
  • Georgi Varbanov, percussions
  • Edouard Signolet, mise en espace
  • Yann Lheureux , comédien
  • Elsa Tauveron , comédienne
  • Christophe Legout, ping-pong
  • Daniela Dodean-Monteiro, ping-pong
En 1913, Debussy compose Jeux d’après l’argument chorégraphique de Nijinski. Quinze ans plus tard, Honegger, dans Rugby, évoque le rythme et la couleur d’un match. Quant au compositeur americain Andy Akiho, il fait dialoguer l’orchestre avec une table de ping-pong devenue atelier de percussions.

Ce programme compose une partie symphonique pleine de rebondissements. Jeux a été écrit par Debussy en 1913 : ce ballet taillé sur mesure pour le célèbre danseur Nijinski, raconte un drôle de match de tennis. Un match qui se transforme vite en jeu amoureux puisque l’action se déroule en dehors du terrain. « Dans un parc au crépuscule, écrit Debussy, une balle de tennis s’est égarée ; un jeune homme puis deux jeunes filles s’empressent à la rechercher. La nuit est tiède, le ciel baigné de douces clartés, on s’embrasse. Mais le charme est rompu par une autre balle de tennis jetée par on ne sait quelle main malicieuse. »  Rarement l’orchestre aura été aussi virtuose pour imiter ces balles qui fusent et qui amusent. Passionné par les jeux collectifs, Arthur Honegger hésite longtemps entre le football et le rugby ; puis il se décide enfin à écrire Rugby, un « mouvement symphonique » dans lequel l’orchestre sonne comme une ode à l’exploit physique, avec des rythmes parfois sauvages, brusques et désordonnés. Honegger dit vouloir exprimer « les attaques et ripostes du jeu, le rythme et la couleur d’un match au stade de Colombes », comme si, pour le compositeur, les gestes humains pouvaient s’opposer à la dureté des machines et des usines. Les deux œuvres contemporaines qui complètent ce programme s’adonnent au même jeu, toujours en s’inspirant des rythmes et des gestes des sportifs. Dans le Concerto du compositeur américain Andy Akiho (né en 1979), deux pongistes joueront même une partie de ping-pong sur scène en totale synchronie avec l’orchestre !
Production Orchestre national d'Île-de-France

En lien avec ce concert

Clés d'écoute

Sport et orchestre : un terrain de jeu stimulant pour les compositeurs

Avant-concert — 10/04/2018 - 19h45