Concert symphonique

Martha Argerich

Orchestre Neojiba - Ricardo Castro - Martha Argerich - Wagner, Schumann, Gershwin...

Martha ArgerichMartha Argerich © Adriano Heitmann
Ricardo CastroRicardo Castro © DR
Ricardo Castro et l'Orchestre NeojibaRicardo Castro et l'Orchestre Neojiba © DR

Indisponible – Liste d’attente

Si vous souhaitez être alerté(e) en cas d’éventuels désistements ou de remise en vente de places, merci d’inscrire votre adresse e-mail ci-dessous.

Lundi 17 septembre 2018 à 20h30

S’abonner

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Tarifs et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Lundi 17 septembre 2018 — 20h30
Indisponible
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Durée : environ 1h55 avec 1 entracte

Programme

  • Richard Wagner
    Les Maîtres chanteurs - ouverture du 1er acte
  • Robert Schumann
    Concerto pour piano
  • George Gershwin
    Ouverture cubaine
  • Camargo Guarnieri
    Abertura Festiva
  • Silvestre Revueltas
    Sensemayá
  • Leonard Bernstein
    West side story (ouverture)
  • Arturo Márquez
    Danzón n°2

Distribution

  • Orchestre Neojiba
  • Ricardo Castro, direction
  • Martha Argerich, piano
Un concert doublement réjouissant, marqué par la présence de Martha Argerich dans son concerto fétiche, où son lyrisme incandescent s’exprime sans entraves, et par un bouquet d’œuvres américaines festives, sensuelles et colorées.

Ensemble de jeunes créé en 2007, fruit d’un programme éducatif accompli dans l’État de Bahia au Brésil, l’Orchestre Neojiba joue avec une joie communicative. Après l’Ouverture des Maîtres chanteurs, la légende vivante du piano, Martha Argerich, déploie le grand geste romantique dans le Concerto de Schumann, toujours différent sous ses doigts, et d’une inventivité incomparable. La suite promet bien des bonheurs, entre la piquante Ouverture de Candide, une page divertissante du Brésilien Guarnieri (prénommé Mozart !), les envoûtements de Sensemaya de Revueltas, créateur qui a su mêler dans sa musique les légendes propres à son Mexique natal et des audaces dignes d’un Varèse, et, pour finir sur une note exubérante, l’Ouverture cubaine de Gershwin.