Concert symphonique

Orchestre de Paris

Krzysztof Urbanski - Penderecki, Dvorák, Stravinski

Krzysztof UrbańskiKrzysztof Urbański © Marco Borggreve
Lisa BatiashviliLisa Batiashvili © Sammy Hart/DG

S’abonner

Pour repartir après ce concert

  • Navettes gratuites
  • Taxi G7

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Tarifs et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Mercredi 5 décembre 2018 — 20h30
Jeudi 6 décembre 2018 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Durée : environ 1h34

Programme

  • Krzysztof Penderecki
    Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima
  • Antonín Dvořák
    Concerto pour violon
  • Igor Stravinski
    Le Sacre du printemps

Distribution

  • Orchestre de Paris
  • Krzysztof Urbanski, direction
  • Lisa Batiashvili, violon
L’archet séduisant de Lisa Batiashvili rend justice à la fraîcheur d’inspiration du Concerto de Dvorák, loin du brasier sonore de Thrène à la mémoire des victimes d’Hiroshima de Penderecki et des assauts impitoyables du Sacre du printemps de Stravinski.

Aussi stupéfiant qu’à sa création en 1961 à Varsovie, Thrène de Penderecki se souvient des victimes d’Hiroshima. Avec ses cordes en fusion ou lançant des traits de feu, cette page d’une violence hypnotique récolta de nombreuses récompenses et fit beaucoup pour la reconnaissance du compositeur polonais. Autre choc, Le Sacre du printemps avec ses soubresauts rythmiques, ses forces primitives déchaînées, son exaltation charnelle de la danse ; la partition sent toujours le soufre plus d’un siècle après sa création tumultueuse. Le Concerto pour violon de Dvorák, véritable havre de paix, offre un contraste absolu. Composé en 1879, vigoureux et exhalant des plaintes nostalgiques, il ne saurait renier ses racines populaires et mérite une large reconnaissance.

En lien avec ce concert

Collège

Portraits des XXe et XXIe siècles

Igor Stravinski — 06/12/2018 - 18h45

Écouter et regarder

Krzysztof Penderecki : Thrène à la mémoire des victimes d’Hiroshima - Orchestre symphonique national de la Radio polonaise, Antoni Wit (direction)
Antonín Dvořák : Concerto pour violon en la mineur op. 53, II. Adagio ma non troppo - Orchestre symphonique de la fédération de Russie, David Oïstrakh (violon), Sviatoslav Knouchevitski (direction)
Igor Stravinski : Le Sacre du printemps, Partie 1 « L’adoration de la terre », 2. Les augures printaniers. Danses des adolescentes - Orchestre symphonique de la NDR, Krzysztof Urbański (direction)