Concert symphonique

Münchner Philharmoniker / Valery Gergiev

Sol Gabetta - Prokofiev, Chostakovitch, Schubert

Valery GergievValery Gergiev © Florian Emanuel Schwarz
Sol GabettaSol Gabetta © David Maupile
Lundi 28 septembre 2020 à 20h30

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Lundi 28 septembre 2020 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Durée : environ 1h25

Programme

  • Sergueï Prokofiev
    Symphonie n° 1 "Classique"
  • Dmitri Chostakovitch
    Concerto pour violoncelle n° 1
  • Franz Schubert
    Symphonie n° 8 "Inachevée"

Distribution

  • Münchner Philharmoniker
  • Valery Gergiev, direction
  • Sol Gabetta, violoncelle
Le programme de ce concert a été modifié.

Les spectateurs seront recontactés quelques jours avant la date du concert au sujet des modalités d’accueil, adaptées en fonction des directives sanitaires en vigueur.

Après avoir exploré la face classique de Prokofiev et les contrastes du Premier Concerto pour violoncelle de Chostakovitch, Valery Gergiev dirige les Münchner Philharmoniker dans la Symphonie « Inachevée » de Schubert, partition énigmatique entre toutes.

Bien que restée inachevée, la Huitième Symphonie de Schubert compte parmi les pages du répertoire orchestral les plus inspirées jamais écrites. Cette œuvre à la fois sombre et éthérée, traversée de forces obscures mais irrésistiblement attirée vers la lumière, ne fut créée à Vienne qu’en 1865, quarante-trois ans après sa composition. Aucun nuage en revanche ne vient obscurcir le ciel de la détendue, limpide et ludique Symphonie « Classique » de Prokofiev. Son surnom atteste ses proportions parfaites, tout comme l’absence de la moindre provocation, qui avait pourtant fait la réputation du jeune fauve de la musique russe. Dans son Premier Concerto pour violoncelle, écrit pour Mstislav Rostropovitch et magnifié aujourd'hui par l’archet de Sol Gabetta, Chostakovitch puise dans les ressources de la forme cyclique pour atteindre l’unité formelle et la densité expressive.