Concert symphonique

L’Âme slave

Orchestre National du Capitole de Toulouse - Tugan Sokhiev - Victor Julien-Laferrière - Dvořák, Chostakovitch

Tugan SokhievTugan Sokhiev © Marco Borggreve
Victor Julien-LaferrièreVictor Julien-Laferrière © Jean-Baptiste Millot
Jeudi 6 mai 2021 à 20h30

Pour repartir après ce concert

  • Taxi G7

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Jeudi 6 mai 2021 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Antonín Dvořák
    Concerto pour violoncelle
  • Dmitri Chostakovitch
    Symphonie n°10

Distribution

  • Orchestre National du Capitole de Toulouse
  • Tugan Sokhiev, direction
  • Victor Julien-Lafferière, violoncelle
Depuis son arrivée à la tête du Capitole de Toulouse, Tugan Sokhiev a fait de son orchestre un formidable outil au service de la musique russe et, plus largement, de l’âme slave. Un état d’esprit qui se manifeste d’une œuvre à l’autre, par-delà les siècles.

Dans le Concerto pour violoncelle de Dvořák, conçu au cours du séjour du compositeur aux États-Unis, l’âme slave est incarnée par l’expressivité et la bravoure du soliste, ce qui en fait un sommet indéniable du répertoire. Cette mélancolie mêlée de fierté se retrouve aussi dans la Dixième Symphonie de Chostakovitch, bien que teintée d’une féroce ironie. Écrite au lendemain de la mort de Staline, cette œuvre déchirante constitue une forme de libération personnelle, comme en témoigne l’utilisation de la signature musicale D-S-C-H (ré-mi bémol-do-si) dans l'Allegretto. Certains voient d’ailleurs dans l’acide deuxième mouvement un portrait musical de Staline, le « petit père des peuples ». Ou plutôt, une caricature.
 
Coproduction Orchestre National du Capitole de Toulouse, Philharmonie de Paris

Écouter et regarder

Antonín Dvořák : Concerto pour violoncelle et orchestre en si mineur op. 104 - Gautier Capuçon (violoncelle), Paavo Järvi (direction)