Concert vocal

Laurence Equilbey

Orquestra Gulbenkian - Accentus - Dvorák, Brahms

Laurence EquilbeyLaurence Equilbey © Jean-Baptiste Millot
Orquestra GulbenkianOrquestra Gulbenkian © Gulbenkian Música - Márcia Lessa
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Tarifs et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Lundi 5 février 2018 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Antonín Dvořák
    Chants bibliques op. 99 N°1, 2, 3, 4, 5, 9, et 10
  • Johannes Brahms
    Un Requiem Allemand

Distribution

  • Orquestra Gulbenkian
  • Accentus
  • Laurence Equilbey, direction
  • Miah Persson, soprano
  • Thomas Hampson, baryton
Un requiem allemand fut écrit entre 1865 et 1868, après la mort de la mère de Brahms. Dans son choix de textes, le compositeur semble avoir cherché à éviter toute allusion explicite au Christ pour s’adresser à l’humanité entière. Quant aux Chants bibliques de Dvorák, composés en 1894, ils puisent dans les Psaumes de la bible de Kralice.

Composés en quelques semaines en 1894 à New York, les Chants bibliques, d’après le Livre des Psaumes, représentent une des parts les plus précieuses et en même temps méconnues, à la fois solennelle et intime, de l’œuvre de Dvorák. Le compositeur tchèque orchestra les cinq premiers, à l’origine pour voix et piano, l’année suivante - les cinq autres connurent diverses orchestrations, dès 1914. Le Requiem allemand  - créé intégralement en 1869 à Leipzig - est quant à lui un monument vénéré, qui fit beaucoup pour la réputation, par-delà l’Allemagne, de son auteur. L’œuvre, à la fois sombre et radieuse, éminemment savante et empreinte d’une simplicité touchante, mêle les contraires en un tout suprêmement agencé.