Concert

Daniel Barenboim

Ensemble Boulez - Boulez, Schumann, Webern

Daniel BarenboimDaniel Barenboim © Peter Adamik
Pierre Boulez EnsemblePierre Boulez Ensemble © Monika Rittershaus
Pierre Boulez SaalPierre Boulez Saal © Peter Adamik
Samedi 8 septembre 2018 à 15h00

Tarifs

  • 10€
  • 20€
  • 25€
  • 35€
  • 40€
  • 50€

S’abonner

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Tarifs et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Samedi 8 septembre 2018 — 15h00
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Durée : environ 1h55 avec 1 entracte

Programme

  • Anton Webern
    Quatuor à cordes op. 28
  • Robert Schumann
    Quintette pour piano et cordes op. 44
  • Pierre Boulez
    sur Incises

Distribution

  • Ensemble Boulez
  • Daniel Barenboim, piano, direction
Groupe à l’effectif flexible, l’Ensemble Boulez rassemble des musiciens essentiellement issus des rangs de la Staatskapelle Berlin et du West-Eastern Divan Orchestra, ainsi que des professeurs et étudiants de la Barenboim-Said Akademie. L’identité artistique de l’ensemble s’exprime à travers de riches programmes de concert associant des œuvres du répertoire classique et romantique à des chefs-d’œuvre du xxe siècle et des ouvrages de compositeurs contemporains, dont des commandes.
Le dernier quatuor à cordes de Webern (1937-1938) est une œuvre d’une concentration sans précédent. Webern s’est efforcé, dans le genre noble et traditionnel du quatuor à cordes, d’unir la fugue et la forme sonate, les conceptions polyphonique et homophonique, un idéal que les compositeurs, à partir du classicisme viennois, notamment depuis Beethoven, ont sans cesse cherché à atteindre. Partition ample dans ses proportions, riche d’une écriture instrumentale alliant rigueur et fantaisie, et surtout souveraine par la qualité de son inspiration, le Quintette pour piano et cordes de Schumann se pose comme modèle pour les générations suivantes. Comme son titre l’indique avec une précision lapidaire, sur Incises de Boulez trouve son origine dans Incises, pour piano, créé en 1994. Seconde floraison d’un matériau exploité sous une première forme, l’œuvre articule deux parties enchaînées sans interruption. Véritable étude de sonorités, elle déploie un geste instrumental le plus souvent virtuose, dans une profusion ornementale et un flux sonore qui témoignent d’un souci constant de la continuité.