Concert

Charlot cubiste

Orchestre du Conservatoire de Paris - Patrick Davin - Manon Galy - Eisler, Antheil, Varèse, Milhaud, Schönberg, Gershwin

Patrick DavinPatrick Davin © Julien Pohl
Samedi 12 octobre 2019 à 17h00

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Samedi 12 octobre 2019 — 17h00
Salle des concerts - Cité de la musique
Durée : environ 2h24 dont 1 entracte

Programme

  • Edgar Varèse
    Ionisation
  • Hanns Eisler
    Septuor n°2 (sur des extraits du film Le Cirque de Charlie Chaplin)
  • George Antheil
    Ballet mécanique (avec projection du film de Dudley Murphy et Fernand Léger, 1924)
    Entracte
  • Darius Milhaud
    Cinéma-fantaisie d'après Le Boeuf sur le toit (avec projection du film Charlot et le Comte de Chaplin, 1916)
  • Arnold Schönberg
    Musique d'accompagnement pour une scène de film
  • George Gershwin
    Un Américain à Paris

Distribution

  • Orchestre du Conservatoire de Paris
  • Patrick Davin, direction
  • Manon Galy, violon
Le cinéma a toujours constitué un fructueux terrain d’expérimentation pour les compositeurs : le « bad boy » George Antheil dans son dadaïste Ballet mécanique, Darius Milhaud ou Arnold Schönberg en ont tiré certaines de leurs meilleures œuvres.

En 1947, Chaplin demanda à Hanns Eisler une musique pour son film Le Cirque, réalisé vingt-deux ans plus tôt. Mais victime du maccarthysme, le musicien allemand dut quitter les États-Unis. À partir des esquisses, il composa son Septuor n°2, aux allures de divertissement. Enfant terrible des années 1920, George Antheil connut le succès avec Ballet mécanique, destiné à accompagner un film de Fernand Léger et Dudley Murphy, en collaboration avec Man Ray. L’instrumentarium de la première version incluait pianos mécaniques, sirène et hélices d’avion, Quant à Darius Milhaud, il avait voulu envoyer à Chaplin, qu’il admirait, la partition du Bœuf sur le toit pour illustrer un de ses films. Finalement il l’adapta dans une version concertante pour violon et orchestre sous le titre de Cinéma-Fantaisie, se souvenant ainsi de sa volonté première.
Coproduction Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, Philharmonie de Paris