Concert

Franck Tortiller & Elias Sanbar

Et la terre se transmet comme la langue

Franck TortillerFranck Tortiller © Renaud Corlouër
Elias SanbarElias Sanbar © DR
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Vendredi 28 février 2020 — 20h30
Salle des concerts - Cité de la musique
Durée : environ 1h15

Programme

  • Franck Tortiller
    Advienne un jour sans mort
    Emmène-moi
    Et la terre se transmet comme la langue
    Et rêvaient qu'ils étaient arrivés
    Et savaient
    Ils sont rentrés page 7
    Ils sont rentrés
    Interlude page 18
    Interlude page 22
    Le même
    Notre pays
    Ô chant

Distribution

  • Dominique Devals, soprano
  • Elias Sanbar, récitant
  • Franck Tortiller, composition, vibraphone
  • Yves Torchinsky, contrebasse
  • Misja Fitzgerald Michel, guitare
  • Patrice Héral, percussions
  • Joël Chausse, trompette, bugle
  • Maxime Berton, saxophone, flûte
En collaboration avec Elias Sanbar, qui tient le rôle du récitant, le compositeur Franck Tortiller adapte à la scène Et la terre se transmet comme la langue, long poème épique de Mahmoud Darwich d’une extraordinaire musicalité.

Inclus dans le recueil Au dernier soir sur cette terre (Actes Sud), Et la terre se transmet comme la langue a été écrit par Mahmoud Darwich à Paris en 1989, durant la première Intifada. Traduit en français par Elias Sanbar, il prend la forme d’un long poème épique en prose chantant le destin d’un peuple voué à l’exil et à la guerre. À présent, le compositeur Franck Tortiller fait jaillir sur scène ce texte majeur de l’écrivain palestinien, en collaboration avec Elias Sanbar, sous forme d’une création musicale à l’instrumentation étoffée dans laquelle la voix, parlée ou chantée, tient une place essentielle. De Mahmoud Darwich, Franck Tortiller dit : « Sa parole résonne, chante, danse, vit. C’est une musique, les mots sont des mélodies, les phrases des harmonies. »

Écouter et regarder

Et la terre se transmet comme la langue : entretien avec Elias Sanbar

Mahmoud Darwich : Ils ne se retournent pas