Débat
Amphithéâtre - Cité de la musique

Messiaen et les oiseaux

Débat avec Julian Anderson, Peter Hill, Johnny Rasse et Jean Boucault

adulte
DébatDébat © M. Guthfreund

Infos pratiques

Dimanche 18 mars 2018 à 14h30
Entrée libre
Événement(s) passé(s)
Compositeur-ornithologue: voici le singulier titre qu'Olivier Messiaen s'est lui-même attribué. Comment, 25 ans après sa mort, pouvons-nous le comprendre aujourd'hui ? Quelles raisons ont poussé Messiaen à se plonger avec passion dans l'étude et la collecte des chants d'oiseaux? Par le prisme de son écoute personnelle, il les a intégrés comme des pierres précieuses qui jalonnent sa propre musique et rythment le déroulement de ses oeuvres. Deux spécialistes du compositeur aideront à mieux comprendre sa démarche et à exercer notre écoute pour discerner son empreinte stylistique, et deux siffleurs d'oiseaux recréeront l'environnement naturel qui a stimulé l'inspiration d'un homme ayant concilié audace de la création et amour de la nature.

Difficile de décrire, en quelques lignes, ces deux étranges oiseaux. En préambule, voici ce que dit d’eux Jean-François Zygel : « On a toujours cru qu’il y avait deux types d’hommes : ceux qui sont malheureusement au ciel et ceux, bien vivants, accrochés à la terre mais c’est oublier nos deux amis qui par leur don réunissent la terre et le ciel, le matériel et l’immatériel. » Comment imaginer que, dès les premiers trilles, le spectateur s’évade de la salle de concert pour rejoindre la grande scène de la nature. Durant leur enfance, Jean Boucault et Johnny Rasse étaient voisins dans un petit village à une lieue, à vol d’oiseau, de la Baie de Somme. Fréquentant la même école, les mêmes terrains de jeux et les mêmes marais, ils découvrirent très vite leur don pour les imitations de cris d’oiseaux. Ce don, ils l’exercèrent et le peaufinèrent alors dans un seul but : briller lors des concours de chants d’oiseaux et en particulier, le plus réputé, celui d’Abbeville. Leur talent les amènera à participer à diverses émissions radiophoniques et télévisuelles (émissions sur la nature, émissions de divertissement, journaux télévisés régionaux et nationaux), au bruitage d’une pièce de théâtre au Théâtre de Poche Montparnasse à Paris, à l’animation de la soirée de clôture du Festival animalier de Namur….. En 2006, une idée, des plus improbables, sera concrétisée par le directeur du Festival des Forêts de Compiègne : celle de placer, sur la même scène, le pianiste compositeur et improvisateur Jean-François Zygel et « ces deux oiseaux ». Ils participeront avec celui-ci au Cabaret Classique, une émission hebdomadaire sur France musique, à une improvisation sur le film Nosferatu de Murnau et au programme Vers le ciel. En 2016, les chanteurs sont les invités de La Folle Journée de Nantes et pour l’occasion, le magazine Télérama leur consacre un reportage et, pour la région Ouest, la photo de sa couverture. Ils collaborent également aux projets artistiques de Pierre Hamon, Geneviève Laurenceau, Philippe Braquart, Shani DiLuka, Esteban Valdivia, Denis Savary, Cécile Le Tallec, Bertrand Belin, Yannick Jaulin… Ils s’envoleront dès ce printemps vers le Japon, la Russie et la Pologne pour des concerts dans la langue universelle des oiseaux célébrant le mariage entre la musique inventive et les sons de la nature.

Peter Hill est un interprète privilégié de l’œuvre d’Olivier Messiaen avec qui il a travaillé de façon approfondie et dont il a enregistré l’intégralité des œuvres pour piano (1986-1991). Sa biographie intitulée Messiaen a remporté le Prix Dumesnil par l’Académie des Beaux-Arts de Paris (publiée par la Yale University Press et traduite des éditions Fayard et Schott). Il a dirigé la publication The Messiaen Companion (Fabers), et a notamment publié Olivier Messiaen : Oiseaux exotiques (Ashgate), et plus récemment Catalogue d’oiseaux (Cambridge University Press) co-écrit avec Roderick Chadwick. En 2012 il découvre une pièce inconnue du compositeur, La Fauvette Passerinette, publiée par Faber Music, qu’il enregistre au piano parmi neuf autres compositeurs, de Ravel à Stockhausen en passant par Murail, Takemitsu et George Benjamin (Delphian). Connu pour ses prestations et enregistrements de la musique du XXème siècle, ses récents enregistrements pour Delphian comptent cependant le Clavier bien tempéré, les suites pour violoncelles, et les variations Goldberg (sortie prévue en 2018) de J.S.Bach. En plus de récitals, Peter Hill donne des conférences et de masterclass. Il est professeur honoraire à l’Université de Sheffield et membre de la Royal Northern College of Music.

Julian Anderson est né à Londres en 1967.  Il poursuivit ses études de composition musicale et d'analyse au Royal College of Music avec John Lambert, à Cambridge University avec Alexander Goehr, et en privé avec Tristan Murail.  Il suivit les cours d'analyse d'Olivier Messiaen au Centre Acanthes, Avignon, en 1987, ainsi que des cours de composition aux cours d'été à Tanglewood, à Darmstadt ainsi qu'a Dartington et Aldeburgh avec des compositeur divers (Per Nørgård, Oliver Knussen, Vinko Globokar, Jonathan Harvey).  Ses oeuvres, qui lui on valu des prix diverses internationales, ont été joués entre autres par tels chefs que Simon Rattle, Semyon Bychkov, Christoph Eschenbach, Vladimir Jurowski, Susanna Mälkki, Alan Gilbert, Daniel Harding et Edward Gardner, les orchestres symphoniques ou philharmoniques de Paris, Berlin, Cleveland, Boston, New York, BBC, Bergen, Gürzenich, Birmingham entre autres, ainsi que l' EIC, London Sinfonietta, Ensemble Modern, Bit 20, dal niente, Nouvelle Ensemble Moderne, BCMG, Nash, et les quatuors Arditti et JACK.  Il a enseigné des cours de composition à Tanglewood, Dartington, Aldeburgh et ailleurs, fut directeur du département de composition au Royal College, et professeur à Harvard.  Il est actuellement professeur et chercheur au Guildhall School, Londres.  Il a aussi publié comme musicologue sur les musiques de Messiaen, Murail, Scelsi, Lachenmann, Saariaho et divers autres.  Depuis 2012, il est nommé Vice-Président du Conseil Musical de la Fondation Prince Pierre, Monaco.

Thomas Lacôte est titulaire du grand orgue de l’église de la Trinité, tribune qui fut pendant 60 ans celle d'Olivier Messiaen, après avoir été à partir de 2002 titulaire du grand orgue de la cathédrale de Bourges. Il est nommé en 2014 professeur d’analyse musicale au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il fut pendant 6 ans l’assistant de Michaël Levinas. Formé dans ce même établissement, il y a obtenu 5 premiers prix entre 2002 et 2006. Ses activités musicales multiples associent composition, improvisation, interprétation, pédagogie et recherche. Son cycle d’Etudes pour orgue (2006-2015) propose un renouvellement de l’approche de l’instrument en repensant les liens entre écriture et timbre. Parmi ses dernières œuvres,Torpeurs, pour deux voix et quatuor à cordes, commande de l’Académie du Festival d’Aix en Provence, créée durant le Festival 2015, Etude de transparence pour orgue à 4 mains, créée à Notre-Dame de Paris, et Rursum funde, pour ensemble, commande de Radio-France créée par l'ensemble Court-Circuit en 2016. En 2013 paraît chez Hortus un premier disque monographique, enregistré à la Trinité, intitulé « The Fifth hammer ». Ses oeuvres sont disponibles aux Editions Lemoine et chez Gérard Billaudot Editeur. Parallèlement, il se produit régulièrement en concert sur les orgues les plus divers, associant répertoire et improvisation. En 2016, il est membre du jury du concours international d’improvisation à l’orgue de Haarlem (PB) et inaugure le cycle de concerts "La Fabrique de ll'orgue" de la Maison de Radio-France par un concert intitulé "L'orgue, laboratoire du compositeur". Avec les musicologues Y. Balmer et C. Murray, Thomas Lacôte mène depuis plusieurs années un important travail de recherche sur l’œuvre d’Olivier Messiaen, conduisant à la publication de plusieurs articles dans des revues internationales (XXth Century Music, Journal of the American Musicological Society) et la rédaction d’un ouvrage en préparation aux éditions Symétrie (Le modèle et l’invention : Olivier Messiaen et la technique de l’emprunt). En 2015, Thomas Lacôte co-dirige également la publication de Résonances Polyphoniques, Hommage à Michaël Levinas, ouvrage édité par le Conservatoire de Paris. Son carnet de recherche en ligne, "Phtoggos", relie ses différentes activités au sein d'une même démache de recherche et de création en musique. En 2012, Thomas Lacôte reçoit le Prix Del Duca de L’académie des Beaux-Arts-Institut de France. Ses travaux ont été soutenus par la Bourse des Muses, la Fondation des Treilles et la Fondation Robert et Marcelle de Lacour.

En lien avec la programmation artistique, les débats, grâce à des personnalités du monde musical et culturel, offrent aux auditeurs un espace de parole et de réflexion sur l’histoire et l’avenir de la musique.

Intervenants

  • Julian Anderson, compositeur
  • Johnny Rasse, siffleur
  • Jean Boucault, siffleur
  • Peter Hill, musicologue
  • Thomas Lacôte, modérateur