Musique de chambre

Tokyo 1966

Solistes de l’Ensemble intercontemporain

Karlheinz StockhausenKarlheinz Stockhausen © 1960 Archives Stockausen Foundation for Music
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Tarifs et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Dimanche 31 janvier 2016 — 15h00
Le Studio - Philharmonie

Programme

  • Karlheinz Stockhausen
    Solo, pour flûte et réinjection
    Telemusik, Musique électronique
    Solo, pour trombone et réinjection
    Adieu, pour quintette à vent

Distribution

  • Solistes de l'Ensemble intercontemporain
  • Emmanuelle Ophèle, flûte
  • Didier Pateau, hautbois
  • Jérôme Comte, clarinette
  • Paul Riveaux, basson
  • Jens Mc Manama, cor
  • Benny Sluchin, trombone
Afin de préparer votre venue et de faciliter les contrôles liés au plan Vigipirate renforcé à la Philharmonie de Paris, nous vous remercions de vous présenter aux entrées en avance.


Les trois œuvres de Stockhausen au programme de ce concert ont toutes été composées en 1966, année particulièrement féconde pour le compositeur.

Adieu est dédié à la mémoire de l’organiste précocement disparu Wolfgang Sebastian Meyer. Inspiré en partie par les jeux de lignes et de couleurs de Mondrian, ce quintette à vent alterne de larges nappes sonores horizontales et des interruptions staccato esquissant des cadences tonales non résolues. Solo est une œuvre « pour instrument mélodique et retour couplé » dont les versions les plus jouées sont celles pour trombone et flûte. L’enjeu est de rendre polyphonique un instrument monodique par son couplage à un dispositif technique. Pendant le jeu, l’instrumentiste est enregistré de façon fragmentaire et sur plusieurs couches formant des boucles, le résultat est ensuite renvoyé au soliste, afin que celui-ci réagisse et intègre ce matériau à son jeu. Les premiers germes de la pièce électronique Telemusik furent élaborés par Stockhausen au cours d’un voyage au Japon. « Tous les pays et toutes les races, vous les entendrez dans Telemusik » déclare le compositeur qui était alors en quête d’une expression musicale universelle.