Quatuor ArdittiQuatuor Arditti © Astrid Karger
Musique de chambre

Quatuor Arditti

Dufourt, Hurel, Dillon

Complet / liste d'attente

Si vous souhaitez être alerté(e) en cas d'éventuels désistements ou de remises de places à la vente, merci de renseigner votre adresse e-mail ci-dessous

Nos conseillers de vente restent à votre disposition au 01 44 84 44 84.

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à contact@philharmoniedeparis.fr

Mardi 16 janvier 2018
19:00
Lieu
Amphithéâtre - Cité de la musique
L'amphithéâtre, Cité de la musique
Comment venir ?Informations accessibilité

Programme

  • Hugues Dufourt
    "Le Supplice de Marsyas d’après Titien" Commande du Wiener Konzerthaus avec le soutien de la Fondation Ernst von Siemens, du Wigmore Hall de Londres, avec le soutien d’André Hoffmann, président de la Fondation Hoffmann, une fondation suisse d’octroi de subvention, de la Philharmonie de Paris et de ProQuartet création française
  • Philippe Hurel
    "Entre les lignes" Commande du Westdeutscher Rundfunk pour les Wittener Tage für Neuekammermusik 2017, avec l’aide à l’écriture d’une oeuvre musicale originale du ministère de la Culture création française
  • James Dillon
    Quatuor à cordes n°8 commande de ProQuartet et de la Philharmonie de Paris création mondiale
  • Irvine Arditti, violon
  • Ashot Sarkissjan, violon
  • Ralf Ehlers, alto
  • Lucas Fels, violoncelle
Soirée de créations pour le Quatuor Arditti, fidèle à son ADN de découvreur et de défenseur de la musique d’aujourd’hui. Les Français Hugues Dufourt et Philippe Hurel répondent à l’autodidacte anglais James Dillon.

Le lien qui unit James Dillon et Irvine Arditti, l’infatigable premier violon du quatuor éponyme, est ancien et puissant. Le second a d’ailleurs donné en création presque tous les quatuors du premier, qui a pour cette forme une sorte de fascination : « Historiquement « idéal » pour la musique de chambre, ce lieu de concert intime [le quatuor à cordes], à la fois conversationnel et rhétorique, demeure passionnant et invite à l’interrogation », explique ainsi le compositeur. Une œuvre inspirée du Titien – car Dufourt, on le sait, est extrêmement sensible à l’art pictural – et une pièce nouvelle pour quatuor par un compositeur encore assez peu entendu dans le domaine, Philippe Hurel, complètent la soirée.
En partenariat avec le festival de quatuors à cordes de la Fondation Gulbenkian de Lisbonne et de la String Quartet Biennale du Muziekgebouw d'Amsterdam

Schönberg et Webern
Archives vivantes

Vienne, creuset du quatuor à cordes

Après l’intégrale des quatuors de Chostakovitch en 2016, l...