Musique de chambre

Pulse Passion

Musiciens de l'Orchestre de Paris - Solistes de l'Ensemble intercontemporain - Musiciens des Arts Florissants

Musiciens de l'orchestre de ParisMusiciens de l'orchestre de Paris © Eric Deniset / Orchestre de Paris
Ensemble intercontemporainEnsemble intercontemporain © DR
Les Arts florissantsLes Arts florissants © Julien Benhamou
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Mardi 2 avril 2019 — 20h30
Le Studio - Philharmonie
Durée : environ 1h15

Programme

  • Johann Sebastian Bach
    Ricercar a 3 voci BWV 1079 (extrait de l'Offrande musicale)
  • György Ligeti
    Passacaglia ungherese, pour clavecin
  • Ludwig van Beethoven
    Quatuor à cordes op. 18 n° 4 (Scherzo)
  • Luciano Berio
    Sequenza VII pour hautbois
  • Elliott Carter
    Huit Pièces, pour timbales (extraits)
  • Johann Sebastian Bach
    Sonate pour orgue n°3, BWV 527
    1er mouvement - Andante
    Transcription pour clavecin, deux violons et basse continue
  • Harrison Birtwistle
    Pulse Sampler, pour hautbois et claves
  • Johann Sebastian Bach
    Canon perpétuel et Ricercar à 6 (extrait de l'Offrande musicale)

Distribution

  • Musiciens de l'Orchestre de Paris
  • Solistes de l'Ensemble intercontemporain
  • Musiciens des Arts Florissants
La pulse et le groove ne sont pas uniquement le propre du jazz ou du rock. La pulse est aussi universelle et diverse que la musique elle-même, comme le démontrent les musiciens des trois ensembles en résidence à la Philharmonie.

La musique est une et indivisible. C’est avec cette conviction partagée que les musiciens de l’Orchestre de Paris, de l’Ensemble intercontemporain et des Arts Florissants ont imaginé ce concert qui célèbre le rythme sous toutes ses formes. De ces rythmes entraînants qui donnaient l’élan à la danse, les compositeurs baroques déjà, et Johann Sebastian Bach parmi eux, tirent une première abstraction, laquelle est développée plus avant par les classiques puis les romantiques — et jusqu’à György Ligeti qui, dans Hungarian Rock, fait danser le clavecin sur le principe de la chaconne, non sans trouver une part de son inspiration dans les polyrythmies de l’Afrique subsaharienne. Pour les contemporains, le rythme devient en effet une jouissance à la fois intellectuelle et physique — c’est-à-dire non plus seulement l’un des éléments de l’invention, mais le lieu de l’invention elle-même. Dans ses pièces pour quatre timbales (jouées par un seul percussionniste), Carter compose ce qu’il appelle des « modulations métriques », c’est-à-dire des changements progressifs du tempo grâce à l’empilement de pulsations de fréquences différentes. Quant à Birtwistle dans Pulse Sampler, il demande au hautboïste de reproduire un même rythme mais en suivant le tempo toujours changeant que lui donne le percussionniste, ces fluctuations suscitant des variations musicales toujours renouvelées…
Coproduction Orchestre de Paris, Ensemble intercontemporain, Les Arts Florissants, Philharmonie de Paris

Concert enregistré par France Musique

Écouter et regarder

György Ligeti : Hungarian Rock (chaconne) - Justin Taylor (clavecin)
Luciano Berio : Sequenza VII pour hautbois - László Hadady (hautbois)
Harrison Birtwistle : Pulse Sampler - Melinda Maxwell (hautbois), Richard Benjafield (percussion)