Musique de chambre

Anne-Sophie Mutter

Lauma Skride - Beethoven

Anne-Sophie MutterAnne-Sophie Mutter © Monika Höfler
Lauma SkrideLauma Skride © Marco Borggreve
Mercredi 28 avril 2021 à 20h30

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Mercredi 28 avril 2021 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Durée : environ 1h50 dont 1 entracte

Programme

  • Ludwig van Beethoven
    Sonate n° 4
    Sonate n° 5 « Le Printemps »
    Entracte
  • Ludwig van Beethoven
    Sonate n° 9 « À Kreutzer »

Distribution

  • Anne-Sophie Mutter, violon
  • Lauma Skride, piano

L’archet souverain d’Anne-Sophie Mutter s’empare de trois des plus belles pièces du répertoire. Si les accents beethovéniens se font charmeurs dans la Sonate « Le Printemps », ils figurent un véritable combat de titans dans la Sonate « À Kreutzer ».

Si l’on sait que Beethoven fut un grand pianiste, on ignore parfois qu’il jouait aussi du violon, n’hésitant pas à prendre l’archet pour interpréter ses propres sonates avec Ferdinand Ries au piano. Il était de surcroît parfaitement informé de l’évolution stylistique de l’instrument, sous l’impulsion de Viotti, qu’il rencontra. Les Quatrième et Cinquième Sonates furent composées à la même époque que le Troisième Concerto pour piano. La deuxième, dont le sous-titre « Le Printemps » n’est pas de la main du compositeur, fut immédiatement appréciée pour son lyrisme radieux. Beethoven dédia la neuvième, la plus célèbre de la série, au violoniste français Rodolphe Kreutzer qui la trouvait, selon Berlioz, « monstrueusement inintelligible ». Elle nécessite de la part des deux partenaires un engagement total.