Récital

Sabine Devieilhe - Ensemble Pygmalion

Une académie pour les sœurs Weber

Sabine DevieilheSabine Devieilhe © J. Molina
Raphaël PichonRaphaël Pichon © Jean-Baptiste Millot
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Lundi 14 décembre 2015 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Wolfgang Amadeus Mozart
    Oiseaux si tous les ans Kv 307
    Symphonie "Haffner" Kv 385 - Allegro con spirito
    Aria Vorrei spiegarvi Kv 418
    Adagio en mi majeur Kv 261 pour violon et orchestre *
    Aria Schon lacht der holde Frühling Kv 580
    Entracte
  • Wolfgang Amadeus Mozart
    Musique pour le carnaval de Vienne Deutsche Tänze Kv 509 n° 1,2,3 - Trio "Die Schlittenfahrt" Kv 605 n°3 - Deutsche Tänze Kv 571 n° 6
    Die Zauberflöte Kv 620 - Aria Der Hölle Rache kockt in meinem Herzen (Reine de la nuit)
    Symphonie "Haffner" Kv 385 - Finale presto
    Nehmt meinen Dank K 383
    Lucio Silla Kv 135 - Recitativo e aria Vanne t'affretta... Ah se il crudel periglio (Giunia)

Distribution

  • Sabine Devieilhe, soprano
  • Ensemble Pygmalion
  • Raphaël Pichon, direction
  • Cecilia Bernardini, * violon solo
Afin de préparer votre venue et de faciliter les contrôles liés au plan Vigipirate renforcé à la Philharmonie de Paris, nous vous remercions de vous présenter aux entrées en avance.



Les sœurs Weber entretinrent avec Mozart des rapports étroits : pour l’aînée Josepha, il écrivit le rôle de la Reine de la nuit dans La Flûte enchantée ; pour Aloysia, dont il fut amoureux, il composa nombre d’airs dont certains parmi les plus émouvants de son catalogue ; quant à Constance, ce fut celle qu’il épousa.

Le récital de Sabine Devieilhe dessine en filigrane ces figures féminines en recréant pour partie le concert que Mozart donna au Burgtheater de Vienne le 23 mars 1783. Pot-pourri comme l’époque en était friande, il mêlait des extraits de la Symphonie « Haffner » récemment achevée à des airs de concert ou d’opéra volontiers virtuoses servis par le timbre clair d’Aloysia Weber. Sabine Devieilhe est rejointe par l’ensemble sur instruments d’époque Pygmalion et son chef Raphaël Pichon : que du beau monde – ils ont d’ailleurs tous été récompensés aux Victoires de la musique 2015.
Coproduction Les Grandes voix, Philharmonie de Paris