Récital

Diana Damrau

Grand Opéra

Diana DamrauDiana Damrau © Jürgen Frank
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Mardi 3 octobre 2017 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Vincenzo Bellini
    Ouverture de la Norma
  • Giacomo Meyerbeer
    Les Huguenots « Nobles seigneurs, salut »
  • Gioacchino Rossini
    Pas de six
  • Giacomo Meyerbeer
    Dinorah ou Le pardon de Ploërmel, Ombre Légère
  • Georges Bizet
    Djamileh / Ouverture
  • Jules Massenet
    Extrait de Manon / / "Suis-je gentille ainsi ?...Je marche sur tous les chemins...Profitons bien de la jeunesse"
    Entracte
  • Giacomo Meyerbeer
    Extrait de Emma di Resburgo, Sulla rupe, triste, sola“
  • Ferdinand Hérold
    Zampa / Ouverture
  • Giacomo Meyerbeer
    Ein Feldlager in Schlesien, Act 3 : "Oh Schwester, find' ich dich!... Lebe wohl, geliebte...
  • Giuseppe Verdi
    Un giorno di regno
    Extrait de I Vespri siciliani / Mercè dilette amiche
  • Emmanuel Chabrier
    Extrait de la Suite pastorale / Idylle
  • Giacomo Meyerbeer
    Extrait de Robert le Diable / acte 4 / Robert, toi que j'aime

Distribution

  • Orchestre National de Lille
  • Lukazs Borowicz, direction
  • Diana Damrau, soprano
L’Orchestre national de Lille, sous la baguette de Lukasz Borowicz, accompagne la soprano allemande Diana Damrau dans un programme d’airs extraits d’opéras italiens et français.

Clarté, puissance et virtuosité : la voix de Diana Damrau lui permet d’aborder presque tous les répertoires, du lyrique italien au dramatique allemand, avec bonheur. Celle que le New York Sun considère comme « la plus grande soprano colorature au monde », qui cumule les récompenses décernées par le monde musical sans perdre en modestie, concocte pour son concert à la Philharmonie un programme autour du belcanto drammatico. Amour et mort, tragédie et passion comptent parmi les ingrédients de ces airs de Massenet, Meyerbeer, Bellini ou Verdi qui devraient aller comme un gant à une chanteuse aussi théâtralement expressive que Damrau. Elle y retrouve le chef polonais Lukasz Borowicz, qui fera pour l’occasion ses débuts avec l’Orchestre national de Lille.

Écouter et regarder

Robert le Diable: "Robert, toi que j'aime"
Emma di Resburgo: "Sulla rupe triste, sola... Ah questo bacio"