Récital

Cecilia & Sol - Dolce Duello

Cecilia Bartoli - Sol Gabetta

Récital piano - Grande salle Pierre BoulezRécital piano - Grande salle Pierre Boulez © William Beaucardet / Philharmonie de Paris
Événement(s) passé(s)

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Lundi 4 décembre 2017 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Johann Adolf Hasse
    Ouverture (extrait de Il Ciro riconosciuto)
  • Antonio Caldara
    Fortuna e speranza / Air d'Emirena (extrait de Nitocri)
  • Tomaso Albinoni
    Aure andate e baciate / Air de Zefiro (extrait d'Il nascimento dell'Aurora)
  • Domenico Gabrielli
    Aure voi de' miei sospiri / Air d'Inomenia (extrait de San Sigismondo, re di Borgogna)
  • Carlo Francesco Pollarolo
    Ouverture (extrait d'Ariodante)
  • Georg Friedrich Haendel
    Lascia la spina cogli la rosa (extrait d'Il Trionfo del Tempo e del Disinganno)
  • Hermann Raupach
    O placido il mare / Air de Laodice (extrait de Siroe, re di Persia)
  • Georg Friedrich Haendel
    What passion cannot Music raise and quell ! (extrait d'Ode for St. Cecilia's Day)
    Entracte
  • Luigi Boccherini
    Concerto pour violoncelle n° 10 en Ré Majeur G. 483
  • Christoph Willibald Gluck
    Danse des Furies (extrait d'Orfeo ed Euridice)
  • Luigi Boccherini
    Se d'un amor tiranno

Distribution

  • Cecilia Bartoli, mezzo-soprano
  • Sol Gabetta, violoncelle
  • Cappella Gabetta
  • Andrés Gabetta, direction, violon
Ces deux artistes charismatiques se rejoignent pour la première fois sur scène dans un programme rare qui fait dialoguer la voix et le violoncelle, comme les deux faces d'un même lyrisme, virtuose et chaleureux. Les musiques choisies appartiennent essentiellement au répertoire baroque, mais certaines surprises viendront certainement épicer encore ce concert...

La personnalité flamboyante, l’immense vitalité de Cecilia Bartoli, prima donna assoluta, ne pouvait que rencontrer la rayonnante Sol Gabetta, l’une des plus grandes violoncellistes de ce début de XXIe siècle. Toutes deux possèdent en commun une immense générosité, une aura qui fait de chacun de leur concert un moment de partage. Leur technique totalement maîtrisée se fait oublier, au seul profit de la musique, qu’elles servent avec passion et une joie communicative. Car voilà bien ce qui fondamentalement les rapproche : un plaisir jubilatoire à faire de la musique. Nul doute qu’additionnés, ces deux talents ne provoquent des étincelles. La Cappella Gabetta, dirigée par Andrés Gabetta, frère de la musicienne, leur offre un écrin de choix.