To be or not to beTo be or not to be © JB. Millot
To be or not to beTo be or not to be © JB. Millot
To be or not to beTo be or not to be © JB. Millot
To be or not to beTo be or not to be © JB. Millot
Spectacle

To be or not to be

Le Poème Harmonique - Shakespeare, Purcell

Samedi 30 septembre 2017
20:30
Lieu
Salle des concerts - Cité de la musique
La Salle des concerts de la Cité de la musique
Comment venir ?Informations accessibilité

Programme

  • To be or not to be
  • Un spectacle écrit par Ivan Alexandre
  • Henry Purcell
    If the music be the food of love Z.379c
    What a sad fate
    To bee or not to bee (Cesare Morelli)
    Chaconne en sol mineur
    Fairest Isle (King Arthur, or The British Worthy, Z.628)
    Dido and Aeneas (extraits)
    What power art thou?
    A New Ground en mi mineur, Z.T.682 d'après "Here The Deities Approve"
    One charming night (The Fairy Queen, Z.629)
    Slow Aire
    They tell us that you mighty powers above - extrait de the Indian Queen
    Your hay it is mow'd
    Ouverure (Jeremiah Clarke)
    La Grande Danse
  • William Shakespeare
    La Nuit des rois
    Hamlet
    Richard II
    Macbeth
    Le Songe d'une nuit d'été
    La Tempête
  • Le Poème Harmonique
  • Vincent Dumestre, direction
  • Vincent Huguet , mise en scène
  • Bertrand Couderc, lumières
  • Clémence Pernoud, costumes
  • Nicholas Tamagna, contre-ténor
  • Geoffrey Carey, comédien
Quand le plus grand musicien anglais rencontre l’un des plus grands hommes de théâtre de l’histoire… Malheureusement, Purcell n’eut ni le temps ni l’occasion de mettre directement Shakespeare en musique. À l’occasion des 400 ans de la mort de ce dernier, Vincent Dumestre et Vincent Huguet avec la complicité d’Ivan Alexandre pour les dialogues et le choix des œuvres ont rêvé ce concert mis en scène. Les plus beaux airs pour contre-ténor interprétés par Nicholas Tamagna répondent aux monologues délivrés en anglais par Geoffrey Carey et portés par des pages orchestrales d’une virtuosité éblouissante, issues des grands opéras de l’Orpheus Britannicus. Et grâce à Samuel Pepys, l’une des figures les plus extravagantes du temps de Purcell, le miracle a lieu : nous entendrons « To be or not to be » chanté sur une musique composée par l’un des proches du Maître.