Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Impressions

Brad Mehldau et les Beatles : du McCartney avant toute chose

Si l’on ignore encore quelles chansons des Beatles le pianiste américain choisira d’interpréter lors de ses concerts de septembre, sa discographie nous fournit déjà quelques précieux indices.

Publié le 27 Août 2020
par Pascal Rozat

Brad Mehldau Michael Wilson
Brad Mehldau

Brad Mehldau est-il fan des Beatles, ou tout simplement fan de Paul McCartney ? On peut se poser la question. Parmi les six reprises des Fab Four émaillant sa discographie depuis 1997, on n’en trouve en effet qu’une seule qui soit de la plume de John Lennon : « Dear Prudence », figurant sur l’album Largo (2002).

Dear Prudence

 

Pour le reste, notre homme marque une prédilection sans réserve pour les mélodies enchantées et la sophistication harmonique de Macca, les chansons de George Harrison – et a fortiori celles de Ringo Starr ! – n’ayant jusqu’à présent jamais retenu son attention (dommage, d’ailleurs, on serait bien curieux d’entendre sous ses doigts « Something » ou « Here Comes the Sun »…). Sa passion pour Paul ne se limite d’ailleurs pas strictement aux Beatles, puisque deux titres issus de la carrière solo du chanteur-bassiste ont également trouvé leur place dans son répertoire : le tout récent « My Valentine », paru en 2012 sur l’album Kisses on the Bottom, et dont Mehldau enregistra la même année une version crépusculaire en trio, et le vénérable « Junk », sorti sur l’album McCartney en 1970, mais composé dès 1968, à l’époque du double album blanc.

Le White Album semble d’ailleurs constituer l’autre grande obsession du pianiste, puisque pas moins de quatre de ses six reprises beatlesiennes en sont issues : outre le « Dear Prudence » précité, Largo comprend également une version du bucolique « Mother Nature’s Son », couplé de manière finalement pas si surprenante avec le « Wave » d’Antonio Carlos Jobim, autre grand mélodiste devant l’éternel. L’arrangement, lui, est pour le coup inattendu, avec sa rythmique survoltée façon drum’n’bass sur laquelle vient se greffer une partie de vibraphone jouée par Brad himself !

Wave / Mother Nature's Son

 

Mais ce sont deux autres titres emblématiques du double blanc qui vont s’imposer au fil des années comme des chevaux de bataille mehldauïens : « Blackbird », enregistré dès ses débuts sur The Art of the Trio Vol. 1, et « Martha My Dear », gravé en 2005 et paru sur Day Is Done.

Blackbird

Martha My Dear

 

Si les versions en trio demeurent généralement assez proches de l’esprit des originaux, celles en solo prennent plutôt les compositions comme point de départ d’une exploration musicale sans limites, suite de variations « diabelliques » pouvant aller jusqu’à la déconstruction totale du thème, ou mieux encore à sa dissolution complète dans un grand bain harmonique et rythmique puisant à la fois dans le romantisme, le minimalisme et la transe jarrettienne. Ainsi de cette relecture d’« And I Love Her », ballade intemporelle dont on ne compte plus les reprises jazz, qu’elles soient de Fred Hersch, Marc Copland, Pat Metheny, ou même Al Di Meola.

And I Love Her

 

Quelles chansons Brad Mehldau nous proposera-t-il pour ses premiers concerts entièrement dévolus au répertoire des Fab Four ? Les paris sont ouverts, mais mieux vaut au final se laisser surprendre. Tout juste peut-on espérer qu’il n’oubliera pas « She’s Leaving Home », chef-d’œuvre signé McCartney qu’on adorerait réentendre sous ses doigts.

She's Leaving Home

Brad Mehldau
Du samedi 19 septembre 2020 au dimanche 20 septembre 2020
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Week-ends

Le quatuor Debussy et les Beatles, 8 garçons dans le vent

The-Beatles, Abbey-Road

Entouré d’un orchestre de chambre, le Quatuor Debussy interprète trois concertos grossos de Peter Breiner composés à partir de chansons des Beatles, ainsi...

Week-ends

Saison 2020-21 : hommage aux Beatles

Les Beatles, Sergent Pepper

Les chansons des Beatles appartiennent à l’histoire, tout le monde peut les réinterpréter à sa façon : Brad Mehldau les tire vers le jazz, Keren Ann y pose...