Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche
Message d’information

Pass sanitaire

En savoir plus

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

Un grand chœur pour les petits chanteurs du projet EVE

Publié le 27 janvier 2021 — par Hélène Schmit

— EVE - © Gil Lefauconnier

En novembre 2019, 120 enfants quittent à regret le centre d’accueil de Mandres-les-Roses (Val-de-Marne) et son vaste parc arboré. Ils viennent de participer à un séjour consacré au chant choral, dans le cadre du projet EVE - Exister avec la voix ensemble, mené par le Département Éducation et Ressources de la Philharmonie de Paris avec le soutien de la Fondation Bettencourt Schueller. Chanter en grand chœur à 120 : un défi pour ces enfants, dont les bénéfices musicaux et globaux se manifestent déjà après quelques mois d’initiation.

 

Le projet de chant choral EVE, destiné à des élèves de 8 à 11 ans scolarisés au sein de deux établissements classés REP+, l’un à Paris et l’autre à La Courneuve, a débuté en janvier 2019. Son originalité réside dans une approche pédagogique expérimentale et interdisciplinaire, dont l’objectif est de favoriser les apprentissages musicaux et le bien-être de l’enfant. La pratique vocale collective n’est pas considérée uniquement sous l’angle de l’éducation musicale, mais aussi comme une part essentielle dans le développement global de l’enfant, agissant sur son épanouissement individuel, sa socialisation et l’acquisition de compétences transversales.

© Gil Lefauconnier

Dans EVE, les activités de chant choral sont renforcées par des disciplines psychocorporelles. L’ensemble des professionnels impliqués – chefs de chœurs, rythmiciens Dalcroze, professeurs de technique Alexander, musicothérapeutes, pianistes – fonctionne sur un mode collaboratif organisé par l’équipe-projet de la Philharmonie de Paris. Le croisement des compétences et le travail en commun dans la plupart des situations (activités avec les enfants, réunions de préparation et de suivi, formations, séances d’analyse de pratique…) sont au cœur de l’innovation pédagogique. L’importance accordée à ce cadre de coopération professionnelle permet une adaptation des propositions pédagogiques et artistiques et une attention accrue aux enfants. Le grand chœur, qui réunit les chœurs des deux écoles, est le lieu privilégié de l’expérimentation interdisciplinaire : il introduit une situation à partir de laquelle peuvent être élaborées une analyse comparée et une gestion collective des processus relationnels et émotionnels à l’œuvre dans le groupe.

© Gil Lefauconnier

De l’atelier au grand chœur

Depuis janvier 2019, les enfants bénéficient d’une activité musicale intensive : 3 à 4 heures hebdomadaires de pratique vocale sont programmées sur le temps scolaire. Les séances impliquent des groupes de tailles diverses, de manière à ce que tous puissent profiter pleinement de l’apport des spécialistes associés aux chefs de chœur.

Les petits groupes sont propices au travail de technique vocale, à la formation musicale par le mouvement (rythmique Dalcroze), à la mise en condition corporelle, phonatoire et respiratoire optimale pour chanter (technique Alexander) ou encore au suivi des enfants par un(e) musicothérapeute apportant des propositions adaptées à l’évolution de chacun, au sein ou en dehors des séances de chant choral.

Une fois par semaine, chaque cohorte de 60 élèves se rassemble en tutti au sein de son établissement scolaire, afin de renforcer l’intégration des réflexes de la pratique chorale et de créer une identité et un son de chœur.

À tous ces rendez-vous hebdomadaires s’ajoutent des temps forts rassemblant les chœurs des deux écoles, une ou deux fois par trimestre. Une expérience stimulante pour les petits choristes, vécue comme un événement qui conforte la pratique hebdomadaire tout en suscitant une émulation palpable. Ces rencontres en grand effectif sont particulièrement intéressantes pour faire de la voix un instrument d’harmonie sur le plan collectif et social, comme l’a prouvé la classe musicale transplantée à Mandres-les-Roses.

— EVE - © Gil Lefauconnier

La classe transplantée : deux jours pour faire corps

À l’automne 2019, dans la grande salle du centre d’accueil dont les baies vitrées ouvrent sur la nature environnante, les enfants de l’école des Cheminets (Paris) et de l’école Paul Doumer (La Courneuve) se retrouvent pour la première fois depuis leur spectacle commun au Studio de la Philharmonie, au mois de juin précédent.

Durant 2 jours, ils ont ravivé leurs réflexes vocaux et corporels, grâce aux ateliers préparés par l’équipe artistique et pédagogique au grand complet. Or cet après-midi, l’enjeu est sensiblement différent, car c’est à 120 que se réalisent les exercices. Le musicothérapeute observe la séance et veille ainsi au confort collectif et individuel des enfants.

Après 8 mois de familiarisation avec la pratique du chant choral, les enfants entrent peu à peu dans la mécanique du grand chœur. Apprentissage des codes musicaux et gestuels, évolution dans l’espace scénique, respect du rôle de chacun, acceptation de la différence et intégration dans le groupe : toutes ces acquisitions sont déterminantes pour la réussite scolaire.

Chaque activité est envisagée sous un angle ludique qui pousse les élèves à se dépasser : réagir aux signaux du chef de chœur par le geste vocal ou corporel adapté devient ainsi un challenge d’autant plus gratifiant qu’il est remporté en équipe.

Un rituel d’entrée et de sortie dans la salle de répétition est adopté afin de permettre à chaque enfant d’acquérir des repères. En effet, se mouvoir de façon coordonnée sur scène nécessite d’avoir conscience de son propre corps et de celui des autres, tout comme de pouvoir se représenter une succession d’événements et de déplacements dans le temps et l’espace.

Le grand chœur est aussi une invitation à la tolérance et à la solidarité. Garçons et filles sont mélangés, un enfant de Paris côtoie un autre de La Courneuve : quelle que soit sa place (premier ou dernier rang), son rôle vocal (soliste ou non), chacun est amené à prendre conscience de l’importance de « faire avec » l’autre, le plaisir éprouvé étant d’autant plus intense que l’on respire et chante « de concert ».

© Gil Lefauconnier

Cet après-midi, à Mandres-les-Roses, le grand chœur a une fois encore suscité la rencontre : individuelle, entre des enfants dont la réalité quotidienne diffère profondément, mais également collective, entre deux communautés d’élèves et de responsables éducatifs.

La fusion de ces deux groupes, incluant des enfants en très grande difficulté scolaire, ressemble parfois à un véritable exercice d’équilibrisme. Entre activités vocales et détente en plein air, les difficultés ne sont certes pas toujours absentes, mais elles sont vite dépassées lorsqu’il s’agit de donner le meilleur de soi-même au service d’un objectif commun. L’immersion sonore est renforcée par le nombre, tandis que le plaisir physique ressenti, né de la nature même du son – l’onde sonore, la vibration – concourt pleinement au bien-être individuel et collectif.

© Gil Lefauconnier

 

Hélène Schmit

Médiatrice de la musique et musicienne intervenante, Hélène Schmit a été cheffe de projet éducatif  au sein du Département Éducation de la Philharmonie de Paris, et membre de l’équipe encadrante du projet EVE.