Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

Saison 3 - Épisode 3 - L'origine des harpes

Publié le 16 septembre 2022 — par Amour et Christian Makouaya

Un homme pleure le long du fleuve Congo. Mfulu la tortue, Ngându le crocodile et Nguvu l’hippopotame essayent de l’aider, en vain. C’est Nzômbo le silure, le roi des poissons qui trouvera la solution, grâce à la musique.

Un podcast pour les 3-8 ans.

Conte-moi la musique : des histoires fabuleuses, drôles et poétiques, imaginées à partir des instruments du Musée de la musique.

Écoutez ce podcast sur Apple Podcasts, Deezer, Google Podcasts ou Spotify.

 

Transcription :

L’ORIGINE DES HARPES

Conte écrit par Amour et Christian Makouaya

 

Il y a très longtemps, dans un village en Afrique équatoriale, vivait un homme qui ne pouvait pas parler. Il était muet de naissance. Il pouvait seulement communiquer avec les animaux, par le regard. Mais ne pas pouvoir parler avec ses semblables le rendait très triste. Ainsi, tous les jours, il allait pleurer au bord du Nzadi, le fleuve Congo. Tant et si bien qu’une fois, alors qu’il pleurait à chaudes larmes, Mfulu la Tortue sortit de l’eau et lui demanda :

« Pourquoi pleures-tu ainsi, pauvre homme ? »

« Je suis muet. Je ne peux pas parler avec mes semblables humains. J’en suis très triste. Tortue, chère Tortue, ne pourrais-tu pas m’aider ? »

Ne pouvant l’aider, la tortue appela Ngându le Crocodile qui vint sans tarder et lui demanda à son tour :

« Pourquoi pleures-tu ainsi, pauvre homme ? »

« Je suis muet. Je ne peux pas parler avec mes semblables humains. J’en suis très triste. Crocodile, cher Crocodile, ne pourrais-tu pas m’aider ? »

Ne pouvant pas l’aider non plus, le Crocodile appela Nguvu l’Hippopotame. Il sortit de l’eau et lui demanda :

« Pourquoi pleures-tu ainsi, pauvre homme ? »

« Je suis muet. Je ne peux pas parler avec mes semblables humains. J’en suis très triste. Hippopotame, cher Hippopotame, ne pourrais-tu pas m’aider ? »

À son tour, l’Hippopotame n’avait pas non plus de solution. Mais, très touchés par les pleurs du pauvre homme, les trois animaux décidèrent de faire appel au roi des poissons : Nzômbo le Silure.

Le silure est un poisson particulier. Il est tout noir et n’a pas d’écailles. Ressemblant plutôt à un serpent, il peut être long de plus de cinq mètres.

Nzômbo le Silure, le roi des poissons, vivait dans les profondeurs des eaux du fleuve Congo. Ayant entendu l’appel, il monta à la surface et s’avança vers la rive où l’attendaient Mfulu la Tortue, Ngându le Crocodile, Nguvu l’Hippopotame et le pauvre muet.

Ils n’eurent pas le temps d’exposer leur problème que Nzômbo le Silure s’exclama en s’adressant au muet :

« Cela fait des jours, des mois et des années que j’entends tes pleurs, pauvre humain. Tu pourrais être capable de parler avec tes semblables, si tu fabriques une harpe et te mets à en jouer. Les sons qui en sortiraient seraient des mots et les mélodies seraient des phrases. Mais, pour que cela fonctionne, il faudrait que tous les matériaux pour en fabriquer aient un rapport avec l’eau. »

Aussitôt que Nzômbo le silure eu finit son discours, il plongea dans l’eau et repartit dans les profondeurs du nzadi, le fleuve Congo.

Le muet rassembla les matériaux nécessaires pour fabriquer une harpe. Dans les mangroves qui longent les cours d’eau, il prit du bois de Musênga (le palétuvier) et des nsînga (les fibres du palmier à raphia), pour faire les cordes.

Il prit sa harpe, en joua et devint ainsi capable de parler avec ses semblables.

C’est pourquoi jusqu’à aujourd’hui, les kôngo utilisent les mêmes matériaux pour fabriquer les harpes.

Extraits musicaux :
- Amour Makouaya,, Harpe ngômbi, guiro mukwaka, flûte nsiba, Musée de la musique 2022
Amour et Christian Makouaya