Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

Saison 3 - Épisode 1 - Sur la route du jazz

Publié le 16 septembre 2022 — par François Vincent

Un âne, un chien, un bélier et un chat rêvent d'aller à La Nouvelle-Orléans pour devenir musiciens de jazz . 
Mais la route est longue, ils ont faim, ils ont soif. Comment vont-ils s'en sortir ?

Un podcast pour les 3-8 ans.

Conte-moi la musique : des histoires fabuleuses, drôles et poétiques, imaginées à partir des instruments du Musée de la musique.

Écoutez ce podcast sur Apple Podcasts, Deezer, Google Podcasts ou Spotify.

 

Transcription :

SUR LA ROUTE DU JAZZ

Conte écrit par François Vincent

 

Dans une ferme, il y avait un âne qui jouait du trombone. Un matin le fermier lui dit :

« Hey toi, l’âne, je ne te nourris pas pour jouer du trombone. Vas plutôt tirer la charrue. »

L’âne répond :

Fermier, je suis trop vieux maintenant pour tirer cette charrue.

Le fermier donne un coup de pied dans les fesses de l’âne :

« Si tu es trop vieux pour travailler, va-t’en ! »

L’âne s’en va avec son trombone. Il se demande :

« Qu’est-ce que je vais faire maintenant ? Et si j’allais à la Nouvelle-Orléans ? Là-bas, les gens adorent la musique. Je jouerai du trombone dans la rue, et je me ferai plein d’amis. »

Il se met en route.

 

Un peu plus loin, il rencontre un chien assis dans le fossé qui joue de la guitare.

« Salut chien ! Elle sonne bien ta guitare ! »

« Merci mon ami, répond le chien. Mais tu sais je suis bien malheureux. Je suis trop vieux pour faire peur aux voleurs. Alors mon maitre m’a dit tu sers à rien va-t’en. Je n’ai même pas un sou pour boire un coup ! »

« Et ben moi c’est pareil ! S’exclame l’âne. C’est pour ça que je vais à la Nouvelle-Orléans. Viens avec moi. Là-bas on jouera comme des fous et les gens nous donnerons des sous. »

« D’accord », dit le chien.

Les voilà tous les deux sur la route.

 

Ils marchent, ils marchent et peu après ils rencontrent un bélier tout seul dans un pré en train de jouer de la batterie.

« Salut Bélier, c’est beau quand tu frappes tes peaux ! Ça donne envie de danser ! »

« Merci les gars ! Mais vous savez je suis bien malheureux. »

« Ah bon ! Toi aussi tu es trop vieux ? »

« Ah non pas du tout. Seulement quand je joue de la batterie ça fait danser les brebis, elles sautillent dans tous les sens, et le berger s’affole. Ce matin il m’a dit, maintenant ça suffit, va-t’en avec ta batterie. »

Les deux autres s’exclament :

« Et ben viens avec nous à la Nouvelle-Orléans. Là-bas tout le monde aime danser. »

« D’accord », dit le bélier.

Et les voilà tous les trois sur la route.

 

Un peu plus loin, ils entendent un son qui s’échappe du feuillage d’un arbre. Sur une branche, un chat joue de la trompette.

« Salut Chat ! Ta trompette sonne si bien qu’elle nous donne des frissons ! »

« Merci les gars, ça fait plaisir ! »

« Euh tu n’es pas malheureux ? »

« Non, pas du tout, pourquoi ? »

« Ton maitre ne t’a pas chassé ? »

Ah non, c’est moi qui suis parti. J’en avais marre de chasser les souris. Je veux devenir musicien.

« T’as bien raison ! s’écrient les autres. Viens avec nous à la Nouvelle-Orléans. » 

« D’accord les gars, c’est parti. »

Et les voilà, tous les quatre sur la route.

 

Ils marchent, ils marchent. La nuit tombe. L’âne dit : « Moi je fatigue. »

Le chien dit :  « Moi j’ai soif. »

Le bélier dit : « Moi j’ai faim. »

Le chat dit : « Moi j’ai une idée. Regardez là-bas, une lumière. C’est une maison. Si les gens qui habitent là aiment la musique, ils nous donneront à boire et à manger. »

Les compères s’approchent et jette un coup d’œil par la fenêtre. A l’intérieur, il y a des bandits. Ils préparent un mauvais coup. Ils aiguisent leurs poignards, en ricanant de toutes leurs dents noires.

En les voyant, l’âne devient tout blanc. Il murmure :

J’ai peur.

Le chien murmure : « Moi j’ai super peur. »

Le bélier murmure : « Moi je suis mort de peur. »

Le chat murmure : « Moi j’ai une idée. C’est nous qui allons leur faire peur. »

« Tu es fou ? Comment veux-tu leur faire peur ? »

« Nous allons attendre qu’ils aillent se coucher, et alors nous leur jouerons une musique de cauchemar. »

Un peu plus tard, les bandits se mettent au lit. Au premier ronflement, le chat compte un deux trois. Aussitôt les quatre amis se mettent à jouer le plus fort possible une musique horrible. Les bandits sautent du lit en claquant des dents :

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » s’écrie l’un.

« On dirait un monstre ! »  dit un autre.

« Ou un dragon ! » ajoute un autre.

« Au secouuuuuurs ! »

Les bandits, verts de peur, se précipitent à la porte, et s’enfuient en pyjama dans la nuit noire.

Alors les animaux-musiciens entrent dans la maison. Ils se réchauffent au coin du feu, et font un bon repas en rigolant. Et puis ils reprennent la route pour aller à la Nouvelle-Orléans. Ils ont encore beaucoup d’aventures à vivre, mais ça c’est une autre histoire.

Extraits musicaux :
- Paul The Trombonist, History of Jazz Trombone, 2014
- Baby Dodds (1898-1959),, Drum Improvisation No. 1,
- Wynton Marsalis,, Wynton Marsalis pays tribute to Freddy Valles, 2021
- Smoking Time Jazz Club, Savoy blues, 2021 .
 
François Vincent