Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche
Message d’information

Pass sanitaire

En savoir plus

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

Conte-moi la musique #1 - Le grand amour du roi

Publié le 11 février 2021 — par Laure Urgin

Le roi est amoureux d’une demoiselle, mais la belle ne le regarde pas. Et si la musique pouvait la charmer ? Que résonnent guitares, trompettes, violes et violons  !

Un podcast pour les 5-8 ans.

Conte-moi la musique : des histoires fabuleuses, drôles et poétiques, imaginées à partir des instruments du Musée de la musique.

Écoutez ce podcast sur Apple Podcasts, Deezer, Google Podcasts ou Spotify.


Il y a longtemps, très longtemps, vivait un roi puissant dans un château immense qui brillait de mille feux. Le château de Versailles.

Ce roi s’appelait Louis XIV, on l’appelait aussi le roi soleil !

Rien n’est trop beau pour ce roi-là. À Versailles, on trouve des jardins magnifiques aussi précis que des dessins, des murs habillés de miroirs, des fontaines et des jeux d’eau.

Le Roi Soleil aime la musique et la danse. C’est simple : il ne peut s’en passer. Il n’y a pas un jour sans qu’on entende de la musique. Le roi se réveille, se couche en musique.

Il est lui-même musicien, il joue lui-même de la guitare...

Depuis quelques temps, le Roi est de mauvaise humeur. Il est amoureux mais rien ne se passe comme il voudrait.

Parmi tous ceux qui l’entourent, des serviteurs aux seigneurs de la cour, il y a une belle dont les yeux ont encore plus d’éclat que le ciel, et dont la vue a fait battre son cœur.

Mais la demoiselle, elle, n’aime pas le roi. Elle le dit, elle le répète, et elle tient tête au roi.

Le roi est furieux, malheureux, mais il n’abandonne pas. Il cherche un moyen de lui plaire, de l’impressionner.

Ce moyen ce sera… la musique ! Mais oui ! Chacun sait que la musique a des pouvoirs magiques.

Tout d’abord, il faut que la belle réalise qu’il est un très grand roi.

Et pour cela il y a la musique de la Grande écurie. Musique militaire, ou musique de plein air ! Grandes occasions ou temps de guerre !

À la chasse ou à la guerre !

À cheval ou bien sur terre !

Fanfares et sonneries accompagnent toujours le Roi.

Que les trompettes scintillent, que les timbales rugissent !

Qu’elles rappellent à la belle que celui qui l’aime n'est pas n'importe qui, c’est LE ROI !

Alors quoi ? La belle admire les musiciens de la Grande écurie. Mais la belle n’écoute que ce que dit son cœur et son cœur ne parle pas au roi.

Comment ? se dit le Roi, la Grande écurie ne suffit pas ? J’ai dû lui faire peur. Il me faut une toute autre musique, qui lui dise mon amour avec plus de douceur pour qu’elle sache que même les rois ont un cœur et que parfois ils pleurent. Ce soir je ferai jouer les musiciens de la Chambre. Je mettrai ma plus jolie perruque, le parfum le plus rare. Oui, ce soir j’en suis sûr, la belle m’aimera !

C'est le soir. Nous voici à la cour : belles coiffures, brillants bijoux, perruques poudrées, tout le monde sourie et murmure : « Le Roi est fou d’amour. Il demande à la musique de dire ses sentiments. Qui peut mieux le faire que les musiciens de la chambre du Roi ?»

Violes et violons, flûtes à bec et bassons, instruments à cordes ou instruments à vents, voici ceux qui accompagnent le divertissement et qui chantent si bien l’amour!

Mais tout à coup voici que s’élève un chant doux, émouvant …

La belle soupire en entendant ce chant. Que cet air est tendre et charmant ! Elle fredonne en même temps.

Le roi tout-à-coup comprend : la belle aime un autre que lui !

Que peut-il faire à présent ? Se lamenter ? Se fâcher ? Gémir, trépigner ?

Rien de tout cela se dit le roi ! L’amour reviendra.

Et surtout… la musique sera toujours là !

Rien ne compte plus pour moi ! Oui, la musique est le plus grand amour du roi.

Alors Le roi s’avance. Son cœur est réparé. Il sourit à la belle : « Soyez donc mon amie, à défaut de m’aimer Accordez-moi au moins le plaisir de danser ! »

En entendant le roi, tous ont des fourmis dans les pieds.

Au son des flûtes et des violons, l’on danse bourrées et rigaudons, menuets et gavottes joyeuses, sarabandes majestueuses.

Voilà le Roi-soleil, Louis XIV roi de France. À cet instant-là, le Le Roi embrasse la vie. Il danse et tous dansent avec lui.

 

Extraits musicaux :
Clavecin : Clavecin de Ioannes Couchet, Anvers/ Belgique/ Europe, 1652 (Musée de la musique) : Louis Couperin, Suite en la mineur - 7. Prélude.  Christophe Rousset, clavecin (Harmonia Mundi 2018). Guitare seule : guitare Jean Baptiste dit Jean Voboam, Paris, 1708 (Musée de la musique). François Campion, Allemande. Gérard Rebours (Musée de la musique 2001). La Grande Écurie :  Michel Richard Delalande, Concert de trompettes (Prélude).  La Simphonie du Marais, Hugo Reyne, dir. (Harmonia Mundi 1990). Musiciens de La Chambre :  François Couperin,  Premier concert royal. Concert enregistré à la Philharmonie de Paris le 15 décembre 2015 par  Les Arts Florissants, William Christie (dir.). Chant doux et émouvant :  Michel Lambert, "Ombre de mon amant" extrait des Airs à une, II, III et IV parties.  Concert enregistré à la Salle Pleyel le 8 septembre 2008 par  Les Arts Florissants, William Christie (dir.)  ; Anne Sofie von Otter, mezzo-soprano.  Les sarabandes : clavicorde anonyme, école germanique, XVIIIe siècle (Musée de la musique), Dietrich Buxtehude, Sarabande de la Suite n° 3. Jocelyne Cuiller, Musée de la musique, 2004.