Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche
Message d’information

Pass sanitaire

En savoir plus

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

Conte-moi la musique #6 - Le singe sonneur

Publié le 06 avril 2021 — par Constance Félix

En Asie, il y avait un singe si malin qu’il faisait la pluie et le beau temps. Un singe si malicieux qu'il put défier le grand dragon…

Un podcast pour les 3-6 ans.

Conte-moi la musique : des histoires fabuleuses, drôles et poétiques, imaginées à partir des instruments du Musée de la musique.

Écoutez ce podcast sur Apple Podcasts, Deezer, Google Podcasts ou Spotify.


TRANSCRIPTION : 

Il était une fois en Asie, un singe plus sage que dix sages réunis. Il réussissait même à faire la pluie et le beau temps dans le royaume. Pour se faire, il se suspendait au portique du grand gong, ouvrait grand la gueule et faisait résonner sa voix aigüe dans le gong. Sa voix était si aigüe et perçante qu'elle montait dans le ciel, crevait les nuages et la pluie tombait.

Mais il y avait là le grand dragon d'or, qui bien qu'il protégeait les hommes, ne supportait pas qu'on lui désobéisse. Sa plus grande peur était de perdre la face. L'un de ses serviteurs lui annonça : «  Maître, il y a là un singe qui fait la pluie et le beau temps dans ton pays sans te demander l'autorisation. »

«  Quoi ?? » Le dragon furieux alla devant le portique et cria : «  Singe, qui t'a permis de faire la pluie et le beau temps ?  »

En guise de réponse, le singe, comme il était singe répondit :  « ouh ouh ah ah ». Le dragon tourna au rouge et cracha une lame de feu. Le singe malin, bondit derrière le gong, qui fondit sur lui, le transformant en statue. Statue qui faisait un pied de nez  au dragon. Le dragon enragé cracha une deuxième fois du feu, le bronze fondit de nouveau et le singe en profita pour faire une grimace encore plus outrageante. 

Cette fois le dragon comprit qu'il allait belle et bien perdre la face. Fulminant, il rentra dans son palais et montant sur la terrasse, il fit ce discours : « Je donnerai l’immortalité à tout homme qui me débarrassera de ce singe ou ma belle dragonesse de fille à tout dragon qui le fera disparaitre. »

Or vous le savez comme moi, tous les hommes rêvaient d'être immortelle. Ils réfléchirent et décidèrent d'abord de l'emmurer. Mais le singe de sa voix aigüe « ouh ouh ah ah » fissura les murs qui s’écroulèrent.

Les hommes creusèrent alors un trou très profond pour enterrer le portique et le singe. Mais la voix du singe « ouh ouh ah ah » étaient si perçante qu'elle traversa la terre, monta dans le ciel, perça les nuages et pendant trois jours la pluie tomba drue, transformant le trou en lac sur lequel flottait tranquillement le portique et la sculpture du singe qui continuait à faire sa grimace. Alors les dragons plongèrent dans le lac, essayèrent de renverser le portique, pour noyer le singe, mais rien n'y fit. À croire qu'il était protéger par le ciel.

Pendant ce temps, le dragon d'or était devenu fou de rage. Il tuait tous ceux qui l'entouraient. Quand le singe apprit la nouvelle, il dit a l'un des serviteurs : «  Va voir ton maître, et dis lui que je veux lui parler ». Le serviteur, craignant les foudres du dragon, utilisa un porte-voix pour le prévenir sans l'approcher. Pour la deuxième fois, le dragon se déplaça. Et le singe lui dit : «  Oh grand dragon d'or, maître incontesté de ce pays,  si tu veux faire la pluie et le beau temps dans ce royaume, fais comme moi, suspends-toi à un portique, ouvre grand ta gueule, fais résonner ta voix dans le gong -elle est si puissante qu'elle déclenchera surement des orages. »

«  Bon sang ! Tu as raison. », dis le dragon. Et le dragon fit construire un immense portique à sa taille, ouvrit grand la gueule, poussa un cri qui résonna si fort dans le gong qu'il fit trembler la terre. Elle se déroba sous lui et boom, tomba avec le portique dans une faille.  Mais en même temps que le son, sortait de sa gorge du feu. La terre s'assécha et le dragon se retrouva prisonnier.

On raconte que le dragon n'est pas mort et qu'il continu à lancer des flammes à l'intérieur de la terre. Les hommes ont vénéré le singe pour son intelligence mais lui a préféré continuer à faire la pluie et le beau temps, laissant le pouvoir à un autre dragon moins susceptible, car il savait que là n'était pas sa place. 

Extraits musicaux : 
Gong « singe » :   Gong suspendu (Cité de la musique), Le Gong du Singe.   Service des Activités Culturelles (Musée de la musique 2020).
Gong « dragon » (plus grave) :  Gong suspendu (Cité de la musique), Le Gong du Dragon.   Service des Activités Culturelles (Musée de la musique 2020).
Gamelan :  Kaki tunggu jagung (Grand-père surveille le champ de maïs). Musique traditionnelle, Indonésie, Gamelan, Java XIXe siècle (Musée de la musique 2005).