Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche
Message d’information

Pass sanitaire

En savoir plus

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

Conte-moi la musique #9 - Le souffle et le vent

Publié le 12 avril 2021 — par Brigitte Blaise

Le souffle et le vent se croisent un jour sur les chemins et argumentent : lequel est le plus fort, le plus important ? Le débat est ouvert, qui va gagner ?

Un podcast pour les 5-8 ans.

Conte-moi la musique : des histoires fabuleuses, drôles et poétiques, imaginées à partir des instruments du Musée de la musique.

Écoutez ce podcast sur Apple Podcasts, Deezer, Google Podcasts ou Spotify.

 

Tout le monde pense que le souffle et le vent c’est la même chose, mais pas du tout. La preuve en est qu’aujourd'hui, ils se retrouvent nez à nez à la croisée des chemins , l’un plus petit , l’autre plus costaud.

- Si tout respire, dit le souffle, c’est grâce à moi , c’est bien connu, je donne vie à tout ce que j’approche.

- Mais moi j’ai tous les pouvoirs, dit le vent, car lorsque je me lève je prends des formes différentes et peux faire chanter le monde jusqu’au bout de la terre en passant au travers les cordes de la harpe.

- Ah mais moi aussi mon cher… j'effleure le roseau, le cristal et les fait chanter.

- C’est pas pour rien qu’on dit « les instruments à vent » pas à souffle.

Mais comme souffler n’est pas jouer et qu’ils sont bon enfants, ils décident de faire un bout de chemin ensemble pour voir, pour s'obeserver… Passant dans les champs et les jardins le souffle dit : « Regarde je passe au dessus des pissenlits et les fleurs ! ». Aussitôt les pétales et pistils s’envolent joliment dans le ciel bleu. « A toi » Mais le vent souffle trop fort et plus une seule fleurs dans les jardins, plus de printemps, tout est dénudé plus de rose ni de blanc, que des tiges ! 

- De la délicatesse mon ami …c’est bien trop fort !

- D’accord d’accord... Et le vent fait ce qu’il peut pour apprendre les nuances. Mais hélas lorsqu’il faut éteindre les bougies, l’anniversaire s’envole avec, pour refroidir la soupe le bol est dans les airs. Lorsqu’il faut ranimer une étincelle il éteint le lumignon qui fume….

Le vent est bien découragé. Mais il a une idée : il emmène le souffle au dessus de la mer. Il s’engouffre dans les voiles des bateaux et plus loin fait tourner les ailes des moulins, flotter les drapeaux, tourner les girouettes.. Le souffle veut en faire autant, mais pas il n’a pas l’habitude.

- Plus fort l’ami, c’est tout juste un courant d’air…Un peu court le souffle, lui crie le vent. Allez allez c’est pas comme ça qu’on pousse des nuages…

Voyant son ami à bout de souffle le vent fait le fier et disperse les nuages. Emporté par sa course effrénée le vent sort ses masques et fait le fou…devient vent du nord, tramontane, siroco du désert…

- Attention, crie le souffle, tu fais peur à tout le monde.

Le vent s’emballe, accélère et tourbillonne, devient blizzard, Zephir, typhon, hurricane… Mais ainsi il déclenche tempêtes et tornades, fait le froid, cingle tout sur son passage, fouette, cingle soulève les bateaux, cisaille et déracine les arbres..

- Arrête, arrête !

Le vent a détruit les maisons, saccagé les récoltes , anéanti hommes et bêtes sur la terre qui se met à pleurer. Quand il tombe d’un coup le vent, ébouriffé, eberlué, cherche son souffle… 

- Qu’est ce qui t’a pris, tu as vu ce que tu as fait ? Tout est dévasté !

- Quand je danse je ne m’arrête plus. 

Le souffle sans rien ajouté se précipite sur la terre. Il se saisit de tout, hommes et bêtes et patiemment, lentement, en continu, ranime la terre… Après un long temps, tout est presque comme avant. Les hommes sont debouts, reconstruisent, replantent...

Le souffle et le vent ne bouge plus. La terre crie « de l’air de l’air »

- Bon , le vent, il faut qu'on y retourne, dit le souffle, mais cette fois c’est moi qui commence et c’est moi qui fini. Toi tu danses entre les deux si ça te chante, au besoin je te prête ma flûte en cristal mais tu m’écoutes !

On dit que le vent appris ce jour là la brise légère en compagnie du souffle. Et c'est depuis ce temps qu'ils sont inséparables. De source sûre, nous savons que personne ne sait d'où vient le vent, ni où il va. Et c'est le souffle qui a fait naître cette histoire. Et que c'est le vent qui l'apportera plus loin. 

Extraits musicaux : 
Flûte :  Flûte en cristal Claude Laurent, Paris, vers 1820 (Musée de la musique), Giuseppe Mercadante, Variations sur un thème d’Otello   de Rossini Alexis Kossenko (Musée de la musique 2004).
Vent - Harpe :  Albert Zabel, La Source, op.23.  Concert enregistré à la Philharmonie de Paris le 16 décembre 2018, Anaïs Gaudemard, harpe.
Ouragan :  Arnulf Herrmann, Fiktive Tänze – 2e Cahier (commande de l’Ensemble intercontemporain, création). Ensemble intercontemporain, direction Susanna Mälkki.  Concert enregistré le    6 février 2009 à la    Cité de la musique.
Retrouvez ce concert sur Philharmonie à la demande
Brigitte Blaise