Concert sur instruments du Musée

Salon Marcel Proust

Théotime Langlois de Swarte - Tanguy de Williencourt - Fauré, Schumann, Chopin, Wagner, Chabrier, Couperin

Theotime Langlois de SwarteTheotime Langlois de Swarte © Jean-Baptiste Millot
Piano Erard 1891 - Collection Musée de la musiquePiano Erard 1891 - Collection Musée de la musique © Claude Germain
Stradivarius : Soit le Violon dit « le Davidoff », Antonio Stradivari, 1708, E.111Stradivarius : Soit le Violon dit « le Davidoff », Antonio Stradivari, 1708, E.111 © Jean-Claude Billing
Tanguy de WilliencourtTanguy de Williencourt © Jean-Baptiste Millot
Dimanche 21 mars 2021 à 15h00

Infos pratiques

Dimanche 21 mars 2021 — 15h00
Amphithéâtre - Cité de la musique

Programme

  • Gabriel Fauré
    Sonate pour violon et piano n° 1 op. 13
    Berceuse op. 16
    Nocturne
  • Robert Schumann
    Au soir
  • Frédéric Chopin
    Prélude
  • Richard Wagner
    Ouverture des Maîtres chanteurs de Nuremberg
    La Mort d'Isolde
  • Emmanuel Chabrier
    Idylle
  • François Couperin
    Les Barricades mystérieuses

Distribution

  • Théotime Langlois de Swarte, violon Antonio Stradivari dit le «Davidoff» 1708
  • Tanguy de Williencourt, piano Érard 1891
Proust, programmateur musical ? Les familiers d’À la recherche du temps perdu ne s’en étonneront qu’à moitié, la musique occupant une place centrale dans son œuvre. Pour nourrir son récit, il allait jusqu’à demander aux plus grands interprètes de jouer pour lui.

Ce que l’on sait moins, c’est qu’il lui arrivait de tenir salon musical, à l’instar de ce dîner-concert intime qu’il organisa au Ritz en 1907. La proposition est donc simple : si l’on écoutait ce que Proust voulait écouter et faire écouter à ses convives ? Dans ce programme qui plonge dans les racines de la musique française autant qu’il témoigne de la fascination de Proust pour la geste wagnérienne, Fauré occupe une place de choix. On sait, bien sûr, la haute estime en laquelle Proust le tenait ; la « Sonate de Vinteuil » dégageait certainement pour lui le léger parfum de celui qui était alors la figure tutélaire de la scène musicale française. Fauré devait d'ailleurs être l’invité d’honneur de la soirée mais il déclina l’invitation au dernier moment.
 

Écouter et regarder

Gabriel Fauré : Sonate pour violon et piano no 1 en la majeur op. 13 - Hilary Hahn (violon), Cory Smythe (piano)