Concert symphonique

NHK Symphony Orchestra - Tokyo / Paavo Järvi

Khatia Buniatishvili - Takemitsu, Beethoven, Bruckner

Khatia BuniatishviliKhatia Buniatishvili © Gavin Evans
Paavo JärviPaavo Järvi © Julia Bayer
Mardi 25 février 2020 à 20h30

Pour repartir après ce concert

  • Navettes gratuites
  • Taxi G7

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Mardi 25 février 2020 — 20h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Durée : environ 2h20 dont 1 entracte

Programme

  • Toru Takemitsu
    How Slow the Wind
  • Ludwig van Beethoven
    Concerto pour piano n°3
    Entracte
  • Anton Bruckner
    Symphonie n° 7

Distribution

  • NHK Symphony Orchestra Tokyo
  • Paavo Järvi, direction
  • Khatia Buniatishvili, piano
Méditation poétique autant que partition pleine d’esprit, le Concerto n°3 de Beethoven précède le chant ardent de la Symphonie n°7 de Bruckner, dont s’est emparé Visconti dans Senso. Le raffinement inouï de Takemitsu introduit le concert avec une note onirique.

Le Concerto pour piano n°3 de Beethoven utilise la même tonalité d’ut mineur que certaines de ses œuvres les plus célèbres, telles la Sonate Pathétique et la Symphonie n°5 - lesquelles évoquent des atmosphères un peu similaires de fébrilité et de tension. Comme cette dernière, le concerto se termine, au cours d’un Rondo allègre, dans la tonalité brillante d’ut majeur. La Symphonie n°7 de Bruckner fit beaucoup dès sa création en 1884 pour la reconnaissance du compositeur. Sa richesse mélodique en a fait la plus accessible et la plus populaire de toutes ses œuvres. En guise d’introduction à ce concert, l’envoutante soie orchestrale de How Slow the Wind de Takemitsu convoque des sonorités diaphanes qui auraient probablement enchanté Debussy.

Écouter et regarder

Anton Bruckner : Symphonie n° 7 - hr-Sinfonieorchester, Paavo Järvi (direction)
Toru Takemitsu : How Slow the Wind - London Sinfonietta, Oliver Knussen (direction)
Ludwig van Beethoven : Concerto pour piano n° 3 - London Symphony Orchestra, Maria-Joao Pires (piano), Sir John Eliot Gardiner (direction)