Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

Extraits
Extraits

Le malouf algérien
La Grande Nouba

Salim Fergani et son ensemble
Enregistré le 22 mars 2009
À Constantine, c’est Salim Fergani qui représente le malouf sous sa forme la plus raffinée. 
On attribue l’invention de la nouba à un musicien de la grande époque de l’Al- Andalus, au Moyen Âge, lorsqu'une vaste partie de la péninsule ibérique fut occupée par les Arabes. À partir de 1492, les pays du Maghreb virent revenir ces populations, avec leurs richesses culturelles. Si bien que l’on y retrouve aujourd’hui une musique classique dont les bases ont été développées durant la période arabo-andalouse. La nouba (noubat au pluriel) est une composition musicale construite sur un mode, qui lui donne son nom. Ziryab distinguait vingt-quatre noubat, correspondant aux vingt-quatre modes ou tempéraments et aux vingt-quatre heures de la journée. Nombre de ces variantes subsistent : onze au Maroc, douze en Algérie, treize en Tunisie. 
Cheikh Salim Fergani

Compositeurs - Auteurs

Natalia Zagorinskaya