Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Impressions

Étienne Daho, l’Éden retrouvé

Moins accessible au premier abord que les précédentes productions de Daho, Éden, son sixième album studio, eut un succès relatif avant de connaître une reconnaissance tardive et de devenir un album essentiel de la discographie du patron de la pop française.

Publié le 8 Octobre 2019
par Christophe Conte

etienne-daho.jpgDR

Depuis cinq ans, les rendez-vous entre Étienne Daho et la Cité de la musique puis la Philharmonie sont devenus des rituels que personne ne songerait à interrompre. En 2014, dans le cadre d’une carte blanche au festival Days Off, Daho réserva la primeur sur scène de son album Les Chansons de l’Innocence retrouvée. Quatre ans plus tard, ce sont les premiers accords électriques de Blitz qui résonnaient dans l’enceinte de la Philharmonie, en écho à l’évènement « Daho l’aime pop », où le chanteur se faisait commissaire d’exposition pour un parcours photos de plus de cinquante années de pop made in France. Aussi, lorsqu’il fut à nouveau sollicité pour une création à l’automne 2019, Daho a immédiatement répondu présent. L’occasion de rejouer sur scène l’album de sa discographie qu’il préfère, Éden, en parallèle à une réédition « deluxe » du disque en question. Une idée si séduisante qu’elle s’est aussitôt emballée pour se transformer en une véritable mini-tournée d’une vingtaine de dates à travers la France, avec le 11 novembre à la Philharmonie comme point culminant de cet EdenDahoTour surprise.

 

Etienne Daho - Tombé pour la France (Clip officiel)

 

Ce jour d’armistice sera donc aussi celui de l’interprète de « Tomber pour la France ». Mais, cette fois, il ne sera pas question de ces tubes que Daho a laissés à la postérité de la chanson d’ici en presque quarante ans de carrière, mais d’une période aussi « maudite » commercialement que fertile d’un point de vue artistique. C’est en tout cas ce que Daho répète inlassablement depuis sa sortie en 1996, considérant Éden comme son meilleur album, et son échec comme une douleur lancinante qu’il était grand temps de soigner. Il est vrai qu’à l’époque, après plus d’une décennie de succès populaires, ce disque jugé moins abordable, plus radical et sans « tubes » évidents, fut boudé par le public. Après le triomphe de l’album précédent, Paris Ailleurs (1991), le retour de flamme était d’autant plus violent qu’une partie de la critique se montra aussi très tiède à l’égard de ce disque déroutant. Dix ans après Pop Satori (1986), l’album qui fit véritablement décoller sa carrière et déclencha une « Dahomania » à grande échelle, Éden en constitue pourtant le prolongement direct. Enregistré à Londres, comme Pop Satori, il voit aussi le retour de l’artisan du succès d’alors, Arnold Turboust, pour la co-écriture et la coproduction de la plupart des titres. Comme dix ans auparavant, les chansons naissent en studio après des nuits euphoriques à fréquenter les clubs de la capitale anglaise, s’imprégnant des nouveaux sons et des rythmiques qui viennent de débarquer dans le prolongement des « raves » du début des années 90. L’heure est donc à la jungle, à la drum’n’bass, qui renouvellent alors en profondeur l’approche de la dance music, et pour les lendemains comateux c’est le trip hop fantomatique de Portishead ou de Massive Attack qui prend le relais.

 

Etienne Daho - Au commencement

 

Daho, connecté depuis toujours avec ce qui vibre outre-Manche, échafaude sur place des structures complexes avec l’aide d’un expatrié expert en programmations, Fabien Waltmann. L’album ne repose pas seulement sur ces traitements de choc et sur ces beats chirurgicaux qui bousculent la chair de titres comme « Au commencement », « Un serpent sans importance » ou « L’enfer enfin ». Il est aussi visité par quelques sirènes prestigieuses, la Brésilienne Astrud Gilberto (« Les Bords de Seine ») ou les non moins mythiques Swingle Singers et leurs chœurs voluptueux (« Timide intimité »). On y croise aussi des habitués de la galaxie Daho comme Elli Medeiros, les Comateens ou encore Sarah Cracknell, chanteuse du groupe Saint Etienne avec lequel Daho a enregistré l’année précédente un mini-album fusionnel, Reserection, sous le nom Saint Etienne Daho. Malgré sa pochette solaire, une atmosphère de paradis défendu ultra-sensuelle et une ballade majestueuse (« Soudain »), les armes de séduction massives de ce sixième album ne permettent pas à Etienne de retrouver son rang parmi les gros vendeurs du circuit français. Le public qui voudrait entendre pour l’éternité des «Week-end à Rome », des « Duel au soleil » ou des « Comme un igloo », n’est pas prêt pour partir à l’aventure dans la jungle sonore déboussolante de cet Éden aux délices vénéneux.

Etienne Daho - Soudain (Clip officiel)

 

Pour Étienne Daho, ce disque revêt pourtant un caractère particulier, pas uniquement pour des raisons d’accomplissement artistique. Victime d’une lourde dépression au début des années 90, puis dans la foulée d’une atroce rumeur qui le disait mourant du sida, voire carrément mort, le chanteur avait alors reconstruit sur ces décombres l’édifice d’un futur enfin radieux. Le mini-album avec Saint Etienne, puis Éden, bruissaient de partout de ce désir de renaître encore plus fort, d’aller défier l’adversité avec insolence et légèreté, et le manque d’adhésion pour ces disques si cruciaux au yeux de leur auteur fit retomber un temps l’euphorie de la conquête qui les avait motivés. Heureusement, juste après Éden, en 1998, c’est le tout aussi résilient « Le Premier jour du reste de ta vie », qui remettra Daho dans les oreilles et le cœur du public. Il demeurait pourtant cette écorchure, cette blessure d’orgueil, à propos de Éden, que Daho s’emploie donc aujourd’hui à réparer. L’album ressort, augmenté d’une opulente collection de démos, d’inédits et de titres live, et les concerts le feront revivre sous un jour nouveau. Porté par des musiciens qui font partie de sa garde rapprochée de Daho (Jean-Louis Piérot aux claviers, Mako à la guitare, Marcello Giuliani à la basse et Matthieu Rabaté à la batterie), ainsi que d’un quatuor à cordes, c’est donc l’intégralité de Éden qui constitue l’épine dorsale de ce concert. En bonus, certains des titres de Reserection seront aussi à l’honneur, d’autant que Saint Etienne en assure la première-partie, et ne devrait pas résister à rejoindre Daho pour revisiter « Jungle Pulse », ou encore « He’s On The Phone », la version anglaise de « Week-end à Rome » à laquelle le trio londonien doit son plus gros succès en Angleterre. Pour tous les Daho-fans, une vraie soirée au paradis que cet Éden retrouvé.

Etienne Daho - Jungle pulse (Clip officiel)

 

Étienne Daho
Concert

Étienne Daho "Éden"

+ 1re partie : Saint Etienne
Lundi 11 novembre 2019 - 20:30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie