Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche
Message d’information

Enfants & familles

Pour des raisons techniques, nous n’avons pas pu ouvrir à la vente les activités et spectacles enfants et famille. La mise en vente est reportée au jeudi 2 juin, 12h.

En savoir plus

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

Bach, une vie en musique - #1 Eisenach, Ohrdruf, Arnstadt et Lübeck

Publié le 19 avril 2022 — par Paul Agnew

Dans le premier épisode de la série Bach, une vie en musique, Paul Agnew, retrace la jeunesse et l’apprentissage du compositeur. Né dans une famille de musiciens, le jeune Bach commence sa formation chez son frère aîné...

Johann Sebastian Bach : son nom résonne comme celui d’un génie de la musique. Mais cette vision ne nous fait-elle pas passer à côté de l’homme Bach ? Il s’agit de voir en lui non pas un Dieu, mais un homme, car son génie ne vient pas de nulle part. Il se révèle être le point de rencontre de différentes influences culturelles qui ont façonné l’homme et le musicien.

Né le 21 mars 1685 à Eisenach en Thuringe, Johann Sebastian est issu d’une dynastie de musiciens s’étendant sur plusieurs générations. Son père dirige un groupe d’instrumentistes à Eisenach, ville également célèbre pour une autre personnalité dont l’influence sera colossale sur sa vie : Martin Luther. En 1694  survient un drame qui précipite le destin du jeune Bach : sa mère meurt, puis son père quelques mois plus tard. Alors qu’il n’a pas atteint l’âge de 10 ans, le jeune Johann Sebastian se retrouve orphelin. Il est accueilli à Ohrdruf chez son frère aîné, Johann Christoph Bach, et c’est sans doute là que le jeune garçon commence sa formation musicale.

En 1705, Bach entreprend un voyage décisif : il se rend à Lübeck pour rencontrer le grand compositeur Buxtehude. Dès son retour, il esquisse les traits de sa première cantate, BWV 150. En 1707, Bach devient organiste à Mühlhausen, où son talent pour la composition se confirme. Mais ce poste n’est pas à la hauteur de ses ambitions : le nombre restreint de musiciens et de chanteurs ne lui permet pas d’écrire pour de grandes formations. En 1708, Bach se voit proposer un poste bien plus prestigieux : organiste à la cour de Weimar…

 

Écouter ce podcast sur Apple PodcastsDeezerGoogle Podcasts ou Spotify.

Paul Agnew

Codirecteur musical des Arts Florissants