Concert vocal

Gesualdo Madrigaux

Solistes des Arts Florissants - Paul Agnew

Paul AgnewPaul Agnew © Oscar Ortega
Mardi 23 octobre 2018 à 20h30

S’abonner

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Tarifs et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Mardi 23 octobre 2018 — 20h30
Amphithéâtre - Cité de la musique
Durée : environ 2h00 avec 1 entracte

Programme

  • Carlo Gesualdo
    Ne reminiscaris Domine
  • Luzzasco Luzzaschi
    Dolorosi martir, fieri tormenti
  • Claudio Monteverdi
    Baci soavi, e cari
  • Luca Marenzio
    Baci soavi, e cari
    Baci amorosi, e belli
    Baci affamati, e 'ngordi
    Baci cortesi, e grati
    Baci, ohimè, non mirate
  • Carlo Gesualdo
    Tribulationem et dolorem
    Hei mihi domine
  • Luca Marenzio
    Tirsi morir volea
    Frenò Tirsi il desio
    Così moriro i fortunati amanti
  • Benedetto Pallavicino
    Tirsi morir volea
    Frenò Tirsi il desio
    Così moriro i fortunati amanti
  • Carlo Gesualdo
    Madrigaux (livre 1)

Distribution

  • Solistes des Arts Florissants
  • Paul Agnew, direction
  • Miriam Allan, soprano
  • Hannah Morrison, soprano
  • Mélodie Ruvio, contralto
  • Sean Clayton, ténor
  • Edward Grint, basse
Carlo Gesualdo est une figure singulière parmi les compositeurs. Issu de la haute noblesse, il a marqué durablement l’histoire de la musique. Paul Agnew et les Solistes des Arts Florissants déflorent les accents inouïs de ses madrigaux.

Son nom et sa musique sont généralement associés au romanesque de sa vie, lequel a contribué à nourrir légendes et mythes plus ou moins inexacts. Gesualdo est connu comme le « compositeur assassin » : d’un naturel sombre, jaloux et tourmenté, il tue en 1590 sa première femme Maria d’Avalos et son amant qu’il a surpris dans les bras l’un de l’autre. Certains ont vu dans son acte criminel la genèse de son œuvre : en réalité, il composait déjà auparavant, mais ses remords et ses désirs de rédemption auraient sublimé son art, donnant lieu à certaines des plus belles pages de la musique. L’avant-gardisme de ses polyphonies vocales, notamment, a contribué à inventer une nouvelle rhétorique musicale. Dans ses madrigaux, il développe une harmonie de plus en plus abstraite, faite de contrepoints et de chromatismes, qui mettent en lumière le texte de manière douloureuse et souvent surprenante…
Concert enregistré par France Musique
Concert diffusé en vidéo
En direct, en différé sur Philharmonie Live
Télécharger l'application Philharmonie Live pour être alerté des prochains concerts diffusés en direct

En lien avec ce concert

Rencontre

Rencontre avec Paul Agnew

Écouter et regarder

Carlo Gesualdo : Premier livre de madrigaux, 8. « O dolce mio martire » - Musica Ficta, Bo Holten (direction)