Opéra en concert

Dusapin / Penthesilea

Orchestre de Paris - Chœur de chambre Accentus - Ariane Matiakh

Pascal DusapinPascal Dusapin © Jérôme Bonnet / Modds
Ariane MatiakhAriane Matiakh © Marco Borggreve

Pour repartir après ce concert

  • Taxi G7

Infos pratiques

  • Voir la salle
  • Réductions et abonnements
  • Comment venir ?
  • Information accessibilité
Vendredi 27 novembre 2020 — 18h30
Samedi 28 novembre 2020 — 18h30
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

  • Dusapin
    Penthesilea
  • Opéra avec prologue, onze scènes et épilogue
  • Livret de Pascal Dusapin et Beate Haeckl, d’après Heinrich von Kleist

Distribution

  • Orchestre de Paris
  • Choeur de chambre Accentus
  • Ariane Matiakh, direction
  • Georg Nigl, Achilles
  • Christel Loetzsch, Penthesilea
  • Marisol Montalvo, Prothoe
  • Davóne Tynes, Odyssus
  • Noa Frenkel, Oberpriesterin
  • Richard Wilberforce, chef de choeur
  • Thierry Coduys, Dispositif électroacoustique
Changement de dates et d’horaires  : suite à l’instauration d’un couvre-feu en Île-de-France, ces concerts initialement programmés le jeudi 26 novembre et le vendredi 27 novembre à 20h30 auront respectivement lieu le vendredi 27 novembre et le samedi 28 novembre à 18h30. Vos billets restent valables.

COUVRE-FEU : PROGRAMMATION, HORAIRES ET CONDITIONS D’ACCUEIL

Tragédie de l’amour, mais aussi de la pulsion et de la bestialité, l’histoire de Penthésilée, reine des Amazones, et du héros Achille est hissée par Kleist vers des sommets horrifiques, la reine dévorant son amant après l'avoir tué.

Pascal Dusapin tisse pour cet argument paroxystique, qui n’exclut pas des échappées de tendresse, une toile orchestrale fascinante et obsessionnelle célébrant le rituel de la sauvagerie et de l’amour. Ce sont de sombres nappes sonores, striées de saillies rythmiques et laissant émerger les couleurs solistes (cymbalum, flûte alto, trompette bouchée) qui viennent soutenir une expressivité vocale à la fois sauvage et sensuelle, où la pureté du chant le dispute au parlé et au cri.
C’est en 2015, à la Monnaie de Bruxelles, que Pascal Dusapin, fidèle à sa fascination pour les mythes grecs, créait sa Penthésilée. Fruit d’une collaboration avec la dramaturge allemande Beate Haeckl, le livret se présente comme une « réécriture-variation » de l’une des plus complexes et violentes pièces d’Heinrich von Kleist, Penthesilea (1808), qui avait déjà inspiré un poème symphonique à Hugo Wolf.