Vers la page Accessibilité Menu mobile Menu principal Aller au contenu principal Pied de page Plan du site Recherche
Message d’information

Saison 2021-22

Nouveau calendrier : les abonnements pour la première partie de la saison (septembre-décembre) seront mis en vente à partir du 17 mai

En savoir plus

Philharmonie de Paris - Page d'accueil

R. Strauss / Elektra

Orchestre de Paris - Esa-Pekka Salonen
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Programme

Richard Strauss
Elektra, opéra, version de concert
Livret de Hugo von Hofmannsthal

Distribution

Orchestre de Paris
Choeur de l'Orchestre de Paris
Elèves du Département des disciplines vocales du Conservatoire de Paris
Esa-Pekka Salonen, direction
Iréne Theorin, Elektra
Lise Davidsen, Chrysothemis
Anna Larsson, Klytämnestra
Stefan Vinke, Agisth
Peixin Chen, Orest
Lionel Sow, chef de choeur

INFORMATIONS COVID-19 : ANNULATIONS, MODIFICATIONS, REPORTS


Opéra hors norme, drame en un acte de la démence et de la sauvagerie, Elektra demeure pour tout auditeur une expérience inoubliable.

Premier fruit de la légendaire collaboration entre Richard Strauss et Hugo von Hofmannsthal, Elektra demeure une expérience sombre et violente, qui n’a certes rien à envier à la célèbre tragédie de Sophocle. Les dimensions exceptionnelles de l’orchestre et l’écriture en tous points paroxystique conservent toute sa puissance à ce fétiche de la modernité musicale.
Un acte unique, animé d’une tension insoutenable, suffit à projeter la tragédie de la vengeance sur la scène lyrique, avec une sauvagerie alors inédite. On a souvent fait remarquer que l’œuvre s’inscrivait dans le sillage des études cliniques sur l’hystérie et les syndromes obsessionnels. Pour rendre toute la démence du huis-clos tragique, Strauss oppose la masse de l’orchestre postromantique à des voix qui, poussées à l’extrême limite de leurs moyens, luttent pour parvenir à l’expression. Les couleurs orchestrales et la présence de thèmes-personnages trahissent l’influence de Wagner, mais la radicalité de l’écriture, à la recherche d’un primitivisme pulsionnel, fait craquer les cadres du son et de la tonalité. Poème de l’épouvante, Elektra effraya jusqu’à son créateur même, qui jamais ne revint à un tel degré d’audace et de sauvagerie.
 

Karina-Canellakis

Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Découvrir la salle

Comment venir

Porte de Pantin
M5 Métro ligne 5 3B Tramway 3B
Adresse
221 avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris

Pour repartir après ce concert

taxi G7