Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Impressions

Brad Mehldau joue The Beatles

Les chansons des Fab Four ressurgissent régulièrement dans le répertoire du pianiste américain, qu’il se produise en solo ou en trio. 

Publié le 8 Septembre 2020
par Vincent Bessières

Brad Mehldau Photo © DR
Brad Mehldau

En 2014, interrogé par le site audiophile Qobuz qui lui demandait quel était son disque de chevet, Brad Mehldau hésitait entre Sergent Pepper’s Lonely Hearts Club Band et l’« Album blanc », soit deux des chefs-d’œuvre de la discographie des Beatles. Le pianiste expliquait qu’il faisait alors découvrir ces disques à ses jeunes enfants : « Il y a tant de choses à dire sur ces enregistrements ; je les joue pour eux chaque jour depuis trois mois et nous découvrons à chaque fois de nouvelles choses tant ils sont riches. » À l’aune d’un tel commentaire, on ne sera pas surpris que Brad Mehldau cultive depuis des années certaines chansons des Beatles comme de véritables standards, ni qu’il ait décidé de leur consacrer tout un concert. 

Il fut un temps où les Beatles étaient vus comme l’antithèse du jazz, décriés pour avoir soi-disant détourné la jeunesse de la musique noire et ringardisé le swing au nom du rock’n’roll. Aussi, lorsqu’un jazzman, de Count Basie à Grant Green en passant par Wes Montgomery, se hasardait à vouloir intégrer à son répertoire une chanson des « quatre garçons dans le vent», il ne manquait pas de se faire taxer d’opportunisme sinon de forfaiture, par la critique comme par les puristes. Il n’est pas faux, en outre, qu’à l’époque, les tentatives de reprise aient été souvent maladroites et donné lieu à des résultats pas toujours mémorables.

« And I Love Her » (solo, 2016)

Ce n’est, au fond, que depuis qu’est arrivée au devant de la scène une génération qui a grandi avec cette musique dans le casque que les chansons des Beatles ont trouvé sous les doigts des jazzmen des interprétations à leur juste mesure, qui ne cèdent en rien à la force mélodique originelle des chansons tout en s’offrant comme des vecteurs d’improvisation dignes des meilleurs airs de Cole Porter ou de Gershwin. Comme de nombreux musiciens dont il a croisé la route, de Chris Potter (« Yesterday ») à Pat Metheny (« And I Love Her ») en passant par Avishai Cohen (« Come Together ») ou Fred Hersch (« When I’m Sixty-Four ») qui ne se sont pas privés d’enregistrer une version de leur chanson préférée, Brad Mehldau fait partie de ces jazzmen pour qui le répertoire de Lennon et McCartney est tout aussi naturel que les chansons de Stevie Wonder, les classiques de Tom Jobim ou les thèmes de Thelonious Monk. Lui-même l’a affirmé dès le premier volume de sa série The Art of the Trio, paru en 1997, dans lequel il donnait son interprétation de « Blackbird », extrait du fameux « Album blanc » (1968).

Formé sur la scène du club Smalls et longtemps accompagnateur de Jimmy Cobb, ancien batteur de Miles Davis, Brad Mehldau fait partie d’une génération qui, si elle a tenu à assimiler le jazz dans la plus grande exigence de son langage et s’est fait un devoir de manifester un swing irréprochable, ne limite pas ses horizons au seul répertoire des standards. Revendiquant l’influence du classique, et notamment celle de Bach et Brahms, dans sa réflexion sur l’improvisation et la composition ainsi que la manière dont elles peuvent mutuellement s’alimenter, le pianiste a aussi eu à cœur d’intégrer à son propos une fibre mélodique et des couleurs harmoniques typiquement pop dont les Beatles ont constitué un sommet. La culture sonore, le travail de production mené en studio par les Fab Four avec la complicité de leur producteur George Martin ont également influencé une partie de sa production, à commencer par l’album Largo (2002) dans lequel figurait une reprise de « Dear Prudence », autre classique tiré du « White Album ».

« Martha, My Dear » (solo)

Les Beatles ne sont d’ailleurs pas les seuls compositeurs issus du monde de la pop auxquels Mehldau ait emprunté une part de son répertoire. Particulièrement célébré pour ses reprises de Radiohead (autre monument du rock anglais), le pianiste a également puisé parmi les titres de Nick Cave, Paul Simon, Kurt Cobain, Elvis Costello, Sufjan Stevens, ou les tubes de Alice in Chains, Oasis ou Soundgarden, certaines de ses plus convaincantes reprises. Les chansons des Beatles, pourtant, ressurgissent régulièrement dans son répertoire, qu’il se produise en solo ou en trio. Ce sont, au fond, toujours les mêmes qui reviennent : outre les deux déjà citées, il aime ainsi à interpréter « She’s Leaving Home » (enregistré sur l’album Day Is Done, 2005), « Martha, My Dear » (idem) et « And I Love Her » (qui figurait sur le disque Blues and Ballads, paru en 2016).

« She’s Leaving Home » (trio, live, 2005)

« Découvrir de nouvelles choses tant elles sont riches », ce pourrait bien être, au fond, le moteur de ce qui ramène inexorablement Brad Mehldau aux chansons de Lennon et McCartney. L’impression qu’elles gardent une part de mystère, qu’elles dévoilent à chaque interprétation une part de leur secret sans jamais s’user ni perdre de leur substance. Avec ceci que le public, qui connaît bien souvent ces airs tout autant que lui, peut suivre d’autant plus aisément ses fabuleuses pérégrinations improvisées et n’en apprécier que davantage son sens de la polyphonie exceptionnel, sa capacité à forger dans l’instant des contrechants sublimes ou à embarquer son auditoire très loin sur un simple ostinato.
Couverture de Abbey Road, album des Beatles
Samedi 19 septembre 2020 - 18:30
Salle de conférence - Philharmonie
Brad Mehldau
Du samedi 19 septembre 2020 au dimanche 20 septembre 2020
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie
Impressions

Brad Mehldau et les Beatles : du McCartney avant toute chose

Brad Mehldau

Si l’on ignore encore quelles chansons des Beatles le pianiste américain choisira d’interpréter lors de ses concerts de septembre, sa discographie nous...

Article magazine - évènements liés

The Beatles

Revisiter le magnifique répertoire des Beatles, entre pop, jazz et classique, c’est le pari de ce week-end.

Brad Mehldau • Keren Ann • Rover • Quatuor Debussy