Notes de passage

A+AA-Print

Au jour le jour / Entretiens

Sebastião Salgado : «Reconstruisons une partie de ce que nous avons détruit !»

Pendant six ans, Sebastião Salgado a sillonné l’Amazonie brésilienne, photographiant la forêt, les fleuves, les montagnes, les peuples qui y vivent. Accompagnée d’une création sonore de Jean-Michel Jarre, l'exposition Amazônia est une invitation à voir, à entendre en même temps qu’à penser les questions écologiques et la place des humains dans le monde vivant.

Publié le 28 Janvier 2021
par Sebastião Salgado

 

Sauver l'espace amazonien

Cette exposition a pour vocation de nourrir le débat sur l’avenir de la forêt amazonienne. Nous devons le mener tous ensemble, dans une optique internationale, et avec le concours des organisations indigènes.

L’Amazonie traverse 9 pays. Le Brésil, qui fait à peu près 8 fois la taille de la France, regroupe 65 % de la surface totale de l’Amazonie. J’ai entamé ce projet en 2013, conscient de la menace qui pesait sur le devenir de la forêt amazonienne. Mon projet s’est poursuivi jusqu’en 2019. J’ai beaucoup travaillé avec les tribus indigènes, mais aussi avec l’armée brésilienne qui est déployée sur le terrain pour réprimer le marché de la drogue et qui regroupe en son sein un nombre très important d’Indiens. L’accès à la forêt est très difficile. J’ai donc accompagné l’armée en mission, en photographiant d’un hélicoptère. J’ai ainsi pu collecter ce matériel visuel et montrer la diversité de l’espace amazonien. Peut-être s’imagine-t-on l’Amazonie comme étant une surface plane, avec de nombreuses rivières, mais dans l’exposition on découvrira aussi des montagnes ainsi que des espaces érodés depuis 1500 ou 2000 ans.

La forêt dispose d’une énorme capacité d’évaporation. L’Amazonie est le seul endroit non océanique qui a la capacité de reconstituer sa propre humidité (alors qu’en principe les nuages ne se forment qu’à partir de l’humidité marine). Environ 1000 litres d’eau s’évaporent quotidiennement de chaque grand arbre ; ces milliards d’arbres créent un flux d’humidité dans l’air ambiant bien plus important que les fleuves amazoniens eux-mêmes. Beaucoup de nuages que l’on aperçoit en France viennent de là-bas.

 

L'Amazonie musicale

Je suis né dans un pays musical : la musique populaire brésilienne est diffusée et défendue partout dans le pays. Je chante moi-même énormément de musiques apprises durant ma jeunesse, et je n’ai pu photographier l’Amazonie qu’en chantant. La musique a été mon fil conducteur.

Les Indiens chantent beaucoup, jour et nuit, sauf quand ils chassent. Leur silence doit alors être absolu. Mais quand ils cultivent, collectent des fruits, ou pêchent, ils chantent beaucoup. Je me suis donc senti chez moi en Amazonie ; il y a de grandes fêtes très musicales, des échanges et des signes de bienvenue qui sont comme des discours musicaux. Par exemple, lorsqu’un Indien – après un voyage qui peut durer une à deux semaines à travers la forêt –, arrive pour une fête, il raconte son histoire ; l’invité et l’hôte se tiennent épaule contre épaule, le visage côte-à-côte ; l’un déroule son récit en chantant, et son hôte donne des nouvelles du village qui le reçoit. C’est très beau !

 

L'exposition Amazônia

Le parcours de l’exposition a été conçu comme un voyage en forêt ; on y entre peu à peu depuis les airs et en bateau. On suit le fleuve. La forêt devient touffue et puis on pénètre dans un espace qui évoque les maisons indiennes, où l’on peut rencontrer les tribus. Jean-Michel Jarre a imaginé une composition musicale en utilisant des sons de l’Amazonie à partir des archives sonores du Musée d’Ethnographie de Genève.

Un espace présente en projection des portraits d’Indiens illustrés par une bande son de musiques indiennes (composées spécialement pour l’exposition par le groupe Pao Brasil), tandis qu’un deuxième espace présente des photographies de la forêt, accompagnées du poème symphonique de Heitor Villa Lobos intitulé Erosão. On y décèle les origines du fleuve Amazone qui draine cette érosion ; la couleur des eaux est celle de la terre. En tout, ce sont près de 400 photos.

 

Indiens Yawanawa
Visite guidée des expositions

Salgado Amazônia

Du samedi 10 avril 2021 au dimanche 27 juin 2021
Espace d'exposition - Philharmonie
Sebastião Salgado
Conférence

Sebastião Salgado

Les musiques de mes photographies
Samedi 10 avril 2021 - 19:00
Salle de conférence - Philharmonie

Article magazine - évènements liés

Salgado Amazônia

Du 7 avril au 22 août 2021

Accompagnée d’une création sonore de Jean-Michel Jarre conçue à partir des sons de la forêt, cette exposition présente les photographies réalisées par Sebastião Salgado en Amazonie, images saisissantes témoignant de l’incroyable pouvoir de la nature.